Covid-19 : le binôme AstraZeneca-Université d’Oxford a également son vaccin, et il peut changer la donne

Les annonces successives de résultats concluants pour les vaccins anti-COVID-19 de ce novembre font figure de lumières au bout de ce long et sombre tunnel qu’aura été l’année 2020. Pfizer ayant été le premier à annoncer l’efficacité de son candidat vaccin durant les essais de stade avancé chez l’homme. Vint ensuite Spoutnik V du côté russe, suivi de celui de Moderna, tous montrant une efficacité supérieure à 90 %.

L’Université d’Oxford en partenariat avec AstraZeneca, un autre binôme participant à cette course au salut, n’est pas en reste. Ils viennent en effet d’annoncer dans un communiqué de presse que suite aux tests réalisés, le candidat vaccin qu’ils proposent a montré une efficacité générale de 70,4 %.

Une piqûre pour un vaccin

Image d’Angelo Esslinger – Pixabay

En dépit d’une efficacité globale inférieure à celle de ses concurrents, le vaccin Oxford-AstraZeneca a dans sa manche plusieurs facteurs de succès à considérer. En effet, ce candidat vaccin est actuellement signalé comme étant plus fiable, car il n’a aucun effet secondaire grave. De plus, il est bien moins cher que celui des concurrents.

Le vaccin d’Oxford-AstraZeneca pourrait bien être la solution

Même si pour le moment, les résultats des tests réalisés font état d’une efficacité globale à 70,4%, ces résultats intermédiaires pourraient changer. Le candidat vaccin d’Oxford-AstraZeneca a en effet montré une efficacité à 90 % chez un groupe de volontaires pour une dose plus faible suivie d’une seconde dose standard, par rapport aux résultats de l’administration de deux doses standard chez un autre groupe. Des résultats que les chercheurs cherchent encore à expliquer.

Autre point qui joue en sa faveur, ce vaccin semble conférer une réaction immunitaire protectrice chez les sujets âgés. De plus, jusqu’à présent, aucun effet secondaire grave n’a été décelé chez les sujets qui ont participé au test, ce qui aura le mérite de rassurer les gens par rapport à son innocuité.

Par ailleurs, par rapport aux vaccins ARNm de Pfizer et de Moderna qui coûtent respectivement environ 20 USD et 33 USD la dose, celui d’Oxford-AstraZeneca, basé sur un vecteur viral, est moins cher et reviendra à environ 4 USD la dose. Ajouté à cela, la promesse de non-profit annoncée par AstraZeneca.

Dernière chose, la constitution de ce candidat vaccin va permettre de le conserver dans un simple réfrigérateur. Un point de plus pour ce vaccin qui sera d’autant plus accessible à tout le monde.

Des implications énormes pour le monde entier

Afin de permettre une répartition mondiale équitable des doses de vaccins, environ un milliard de doses vont être expédiées dans les pays à faible revenu et ceux intermédiaires, particulièrement ceux en dehors de l’Europe et des États-Unis, dont 400 millions de doses seront distribuées avant la fin de cette année.

Certes, cette promesse de distribution équitable n’assurera pas une couverture vaccinale mondiale immédiate, mais ce sera un excellent début, surtout pour les pays les plus pauvres qui auront également une chance dans le combat contre le coronavirus.