Le casque d’AR de Magic Leap se trouve un prix… et il est élevé

Hier, l’américain Magic Leap lançait la toute première version commerciale de son casque de réalité augmentée, mettant ainsi fin à une longue période de doute portant sur ses capacités à tenir ses propres promesses technologiques. Cette version prend le nom de Magic Leap One, et sera principalement destinée aux artistes, aux développeurs, et de manière générale au marché professionnel. On apprend en outre qu’elle n’est pour l’heure disponible qu’en quantité limitée, à un tarif qui s’envole.

Il faudra en effet débourser la somme rondelette de 2295 dollars pour s’acheter les faveurs du dispositif. Un prix élevé, certes, mais qui reste toutefois nettement plus abordable que celui fixé pour l’actuelle version d’Hololens. Le casque d’AR de Microsoft,  se négocie pour sa part à partir de 3300 euros en France (soit près de 2800 dollars).

2295 dollars, c’est la somme qu’il faudra débourser pour se payer un Magic Leap. Salué par la presse américaine, le casque de réalité augmentée n’en casserait pas pour autant le quatrième mur…

Cette première version du casque de Magic Leap, n’est par ailleurs commercialisée qu’aux États-Unis, pour un lancement limité à seulement quelques villes (Chicago, Los Angeles, Miami, New-York, San Francisco et Seattle). Le dispositif s’articule autour de trois accessoires : le casque Lightwear en lui même (proposé en deux tailles et ajustable en passant par cinq repose-nez interchangeables, inclus dans le Bundle) ; un contrôleur à une main baptisé « Control » ; et un PC de poche (« Lightpack ») à transporter en bandoulière ou… dans sa poche.

Une expérience convaincante pour la presse américaine, en dépit d’un FOV perfectible

Ce mini ordinateur fait office de base pour le calcul des éléments à afficher en AR sur le casque, il embarque une puce Tegra X2 de chez Nvidia (nouvelle version de la puce qui équipe actuellement une certaine Nintendo Switch), 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage. Sa batterie lui permet de tenir 3 heures sans être branché et il profite d’une connectivité Bluetooth et Wifi… mais pas 4G.

Principal atout du Magic Leap One : son système de « puces photoniques » qui permet de focaliser la lumière. Complété des traditionnelles caméras de tracking orientées vers l’extérieur, et de caméras de suivi des yeux dirigées vers l’intérieur du casque, l’appareil réussirait à proposer un rendu en AR aussi valable que celui que Microsoft est parvenu à mettre au point avec son Hololens. Ce qui est très encourageant.

La presse américaine (notamment The Verge et Cnet, qui ont pu tester l’appareil) reste toutefois circonspecte sur le champ de vision du Magic Leap One. Limité à un FOV horizontal de 40°, vertical de 30° et diagonal de 50° (soit 45% supérieur à l’Hololens de Microsoft), le One reste encore très en dessous du champ de vision horizontal de l’être humain (220°) ou de celui d’un « simple » casque de VR pour PC (calé à près de 100°).

Un problème qui nuit à l’immersion et qui aurait tendance à « couper » certains items virtuels, ou à les faire disparaître en fonction d’où on dirige son regard. Des problèmes d’animations et dans certains cas d’aberration chromatique auraient par ailleurs été constatés par les premiers testeurs.

Une belle marge de progression semble donc d’actualité, mais Microsoft vient de se trouver un concurrent de taille. L’affrontement entre les deux marques, l’une basée à Redmond (dans l’État de Washington), l’autre à Plantation (en Floride, près de Miami) risque toutefois de prendre plus d’ampleur lorsque Magic Leap aura commercialisé la version grand public de son caque, et que Microsoft aura de son côté lancé son Hololens V2.