Le CEO d’Asus démissionne mais l’avenir des ZenFone n’est pas compromis, assure la firme

Jeudi, Asus annonçait publiquement que son dirigeant de longue date, Jerry Shen – à la tête de l’entreprise depuis 11 ans -, démissionnait au profit d’une direction bicéphale assurée conjointement par deux CEOs : S.Y. Hsu, directeur de la branche PC de la firme, et Samson Hu, responsable du service client. Cette double direction, très certainement intérimaire, laissait planer un doute quant à l’avenir de la division mobile du géant taïwanais, et tout particulièrement vis-à-vis de la gamme ZenFone.

Il faut dire qu’en pleine restructuration, Asus indiquait la semaine dernière que sa stratégie serait repensée en vue de mettre un accent plus important sur sa division Gaming, ainsi que sur la production de machines destinées aux utilisateurs les plus exigeants. Ces déclarations laissaient entendre que les appareils grand public ne seraient plus au centre des attentions. Si la firme n’est pas revenue sur ce point, elle a tout de même assuré que la gamme ZenFone ne serait pas inquiétée par le changement de cap entrepris.

À compter du 1er janvier prochain, Jerry Shen, le CEO d’Asus en poste depuis 11 ans, ne tiendra plus la barre de l’entreprise. En plein chambardement interne, Asus assure toutefois que l’avenir des ZenFone n’est pas en jeu. (Ici le ZenFone 5Z).

« Au regard des doutes soulevés au sujet de la [poursuite de nos efforts] sur la gamme ZenFone, nous confirmons que nous continuerons de développer des smartphones pour cette série, tout en cherchant à nous étendre sur le marché du smartphone Gaming », a ainsi précisé Asus par l’intermédiaire d’un communiqué fourni vendredi à Gadgets360. « Nous nous attacherons à perfectionner l’expérience des joueurs et des utilisateurs les plus exigeants« , a-t-il été ajouté. Une rectification qui intervient alors que la division smartphone d’Asus peine à décoller sur le marché, et ce en dépit de retours positifs de la part des critiques.

Le marché du smartphone ? un « foutu champ de bataille » pour Jonney Shih, président d’Asus

Auprès du site taïwanais Business Next, Jonney Shih, chairman d’Asus selon l’appellation anglo-saxonne consacrée, déclarait jeudi que le secteur global du smartphone n’était qu’un « foutu champ de bataille« , sans pour autant à expliciter plus clairement la nouvelle optique d’Asus en la matière. Tout juste ajoutait-il que le marché de la mobilité était « très exigeant« , mais qu’il s’agissait « d’une petite prairie riche« , sous entendu, attrayante en dépit d’une croissance en large déclin et d’une gamme ZenFone qui peine encore à s’imposer face aux ténors du marché.

Pour Asus, la solution pourrait résulter en une continuation des efforts entrepris sur les ZenFone, tout en braquant les projecteurs sur les smartphones spécialement pensés pour le jeu. Un levier de croissance pour la marque, initialement spécialisée dans l’informatique, qui lançait dernièrement son ROG Phone, dans un contexte mondial largement favorable aux appareils conçus pour les joueurs. Sur le marché, Asus est toutefois loin d’être le seul à avoir engagé sa division mobile dans cette voie. Dernièrement, Honor (filiale de Huawei) commercialisait en effet son Honor Play, tandis que le Xiaomi lançait son Black Shark. Dans la même veine, Razer est également investi dans le domaine, avec son Razer Phone, qui profitait en octobre d’une nouvelle version sobrement baptisée Razer Phone 2.

Mots-clés asusasus zenfone