Le cerveau pourrait aider à lutter contre les crises d’épilepsie

Aujourd’hui, de nombreuses maladies restent incurables malgré les progrès de la technologie. Cependant, des recherches sont menées afin de trouver des solutions alternatives pour certaines affections. Récemment, des scientifiques ont fait une découverte surprenante sur le cerveau et sa capacité à résilier les crises épileptiques. Des tests continuent d’être menés pour avoir des résultats fiables dans un futur proche.

Une femme qui se fait traiter pour épilepsie à travers son cerveau.
Crédit : Topsante

En effet, il s’agirait d’une excitation de la zone responsable des crises épileptiques chez les malades atteints. Les expériences ont démontré que le cerveau possède une certaine élasticité qui lui confère une forte capacité d’adaptation. À terme, cette découverte pourrait être une solution alternative contre les crises épileptiques.

Une petite équipe de chercheurs chevronnés est à la base de cette découverte intéressante. Ce groupe a à sa tête le professeur Ko Matsui du Super-network Brain Physiology Lab de l’Université de Tohoku.

Le cerveau, un organe surprenant

Comme les crises épileptiques sont dues à un dysfonctionnement cérébral, il serait tout à fait envisageable d’inverser le processus. C’est d’ailleurs pour cette raison que Matsui déclare : « Si un état épileptique peut être créé, nous devons nous demander s’il est également concevable d’inverser la transition ou de remplacer le circuit hyperexcitable existant par un système suppressif supplémentaire. »

Par ailleurs, d’autres expériences menées ont pu démontrer qu’une excitation répétitive de la zone responsable des crises épileptiques entraine une épileptogenèse. Cependant, à la grande surprise des chercheurs, plus ces stimulations sont répétées, moins il y a de réponses au stimulus. Matsui (professeur au Super-network Brain Physiology Lab)  déclare à cet effet : « Notre cerveau a une capacité infinie de plasticité. »

Des expériences ont parallèlement été réalisées sur des animaux. En effet, il a été découvert qu’un paradigme de stimulation provoquait la libération de l’adénosine, un transmetteur inhibiteur endogène des cellules gliales. À l’issue de cette étude, le cerveau d’un rat est devenu fortement résistant aux crises.

Une utilisation future très envisageable

Malgré que les résultats des expériences soient loin d’être décevants, les scientifiques ont quelques réserves. Cependant, Matsui déclara : « Bien que l’épileptogenèse ne puisse malheureusement pas être inversée, nous avons montré que nous pouvions invoquer la nature homéostatique du circuit cérébral pour contenir l’hyperexcitation. »

Il ajouta : « Bien que l’utilisation clinique soit encore lointaine, il est possible d’imaginer un avenir où une stratégie thérapeutique pourra cibler directement les cellules gliales et permettre la création d’un état épileptique résistant. »

SOURCE : MIRAGENEWS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.