Le cœur artificiel de Carmat sera implanté au Kazakhstan

Le 18 décembre 2013, la société biomédicale Carmat (acronyme obtenu avec les noms de ses fondateurs, le chirurgien Alain Carpentier et la société Matra Défense) a réalisé la première greffe de cœur artificiel sur un homme de soixante-quinze ans à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris. 75 jours après la greffe, le patient est décédé. Depuis 2013, quatre autres patients sont morts après des greffes. Même si le cœur artificiel n’est pas à l’origine des trois de ces décès, Carmat a décidé de suspendre ses tests en octobre 2016.

Néanmoins, les recherches ont repris récemment. Le jeudi 5 octobre 2017, la société française a annoncé dans un communiqué avoir « obtenu l’autorisation d’effectuer, dans le respect du protocole de l’étude Pivot approuvé par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé, les implantations de son cœur artificiel total chez l’homme au National Research Center for Cardiac Surgery » à Astana, au Kazakhstan.

Ressurection

Actuellement, la National Research Center for Cardiac Surgery est en train d’identifier les patients éligibles pour recevoir le cœur artificiel de Carmat.

Un centre reconnu

Stéphane Piat, directeur général de Carmat a annoncé que « La National Research Center for Cardiac Surgery est un établissement de renommé mondiale, particulièrement reconnu pour son excellente prise en charge des patients cardiaques et son expertise dans la conduite d’essais cliniques de dispositifs destinés au marché européen. »

Toujours selon Carmat, ce centre est connu pour avoir mené « plus de 8000 interventions par an dont 31 dispositifs cardiaques implantés et 15 greffes de cœur réalisées en 2016. »

Une équipe de professionnels

Les greffes seront réalisées par les équipes du directeur général du National Research Center for Cardiac Surgery, le docteur Yuryi Pya. Ce chirurgien est réputé mondialement dans l’implantation de dispositifs cardiaques.

D’après les dires de Stéphane Piat, ces essais au Kazakhstan ne sont qu’un début. Selon lui, conformément à leur stratégie clinique et au processus de marquage CE, ils intensifient leurs efforts afin d’étendre l’étude Pivot à d’autres pays étrangers et envisagent de signer de nouvelles collaborations prochainement.

Avec une telle équipe de professionnels, ce n’est qu’une question de temps avec que ces implantations rencontrent le succès. Les avancées réalisées suite à ces opérations vont surtout profiter à tous.

Mots-clés médecinesanté