Le compte GoodReads de Neil Gaiman aurait été piraté

Quelqu’un a piraté le compte GoodReads de Neil Gaiman ! C’est en tout cas ce qu’affirme l’auteur d’American Gods. Le samedi 9 mai, ce dernier s’est retrouvé au coeur d’une grosse polémique après avoir publié une sélection qui a plus ou moins choqué les membres de GoodReads, car la sélection semble viser sa femme Amanda Palmer.

Les fans de Gaiman se sont hâtés de faire une capture d’écran de la sélection en question. Ils l’ont ensuite rendue virale sur les autres réseaux sociaux.

Facepalm

Crédits Pixabay

Face à cette situation, Neil Gaiman a rapidement supprimé la publication. Il confie sur GoodReads qu’il n’en était pas à l’origine. Il précise d’ailleurs qu’il n’a pas touché à son compte depuis belle lurette.

Une publication qui vise Amanda Palmer

Depuis quelques temps, Neil Gaiman et sa femme, Amanda Palmer, font face à des problèmes conjugaux. La semaine du 4 mai, ils ont annoncé leur séparation sur les réseaux sociaux. Palmer a révélé leur rupture sur Patreon, tandis que c’est sur Twitter que Gaiman a fait son annonce. Ils ont tous les deux été très actifs sur les réseaux sociaux depuis cette séparation.

Eh bien, la publication sur le compte GoodReads de Neil Gaiman semblait viser Amanda Palmer. Dans sa publication, l’auteur avait en effet indiqué qu’il lisait Splitting : Protecting Yourself While Divorcing Someone with Borderline or Narcissic Personality Disorder de Bill Eddy et Randi Kreger.

Il s’agit d’une lecture assez délicate vu sa situation conjugale actuelle. C’est en effet comme si Gaiman faisait porter le chapeau à son ex femme, en mettant en avant une maladie mentale comme cause de la rupture.

Un hacker derrière les coulisses ?

Selon Gaiman, cette soudaine mise à jour sur GoodReads serait le résultat d’un piratage. En appui à cela, il a publié sur cette plateforme même, qu’une personne possédant un très mauvais sens de l’humour aurait sorti cette publication à sa place. Il rajoute que ça devait lui arriver après avoir laissé ce réseau de côté pendant longtemps.

Mashable a demandé des nouvelles à GoodReads, face à la situation, mais la plateforme n’a émis aucun commentaire. Idem après avoir contacté l’agent de Gaiman. S’agit-il vraiment de l’œuvre d’un hacker ? Le doute subsiste.

Mots-clés goodreads