Le Covid-19 a aussi ses négationnistes

Le Covid-19 se trouve au coeur de nombreuses théories conspirationnistes. Pour certain, le virus est lié aux expérimentations en lien avec la 5G, pour d’autres il aurait été développé par Bill Gates. Mais au-delà de toutes ces théories farfelues, on trouve aussi des personnes qui ne croient pas du tout en l’existence du virus…

Les chiffres donnent le tournis. Depuis décembre, plus de 2,5 millions de cas ont été confirmés à travers le monde, dont près d’un million en Europe.

Crédits Pixabay

En tout, ce sont 176 786 personnes qui ont perdu la vie. La France n’étant évidemment pas épargnée.

Le Covid-19 fait la joie des complotistes

Chez nous, les autorités sanitaires dénombrent 119 151 cas, dont 21 340 décès.

Le Covid-19 a détruit des familles. Il a également mis à mal l’économie de la plupart des pays touchés. Mais en dépit de tous les sacrifices consentis par le personnel hospitalier, en dépit des milliers de témoignages présents sur les réseaux sociaux, certains continuent tout de même de crier au canular.

Le Covid-19 a en effet ses négationnistes et ces derniers mettent tout en oeuvre pour répandre leurs théories stupides et dangereuses à travers la toile. Jusqu’à mettre sciemment en danger leurs semblables.

Non contents de répandre leur poison en ligne, ces théoriciens du complot diffusent aussi massivement des hashtags sur les réseaux sociaux, invitant les gens à visiter les hôpitaux pour prouver que la pandémie n’est rien de plus qu’un simple canular.

Si l’on en croit l’étude menée par le Laboratoire des Médias Sociaux de l’Université Ryerson, alors #FilmYourHospital aurait été le premier hashtag de ce type, un hashtag lancé le 28 mars dernier. Soit une dizaine de jours après la mise en place du confinement en France.

Le virus a aussi ses négationnistes

Très vite, le hashtag a pris et l’Université a ainsi compté près de 100 000 tweets et retweets publics entre le 28 mars… et le 9 avril. En tout, plus de quarante-trois mille comptes différents auraient participé à la propagation du hashtag sur cette même période.

Plus inquiétant, la plupart de ces comptes sont authentiques et non automatisés – entendez par là qu’ils ne sont pas pilotés par des bots, mais par de vraies personnes faites de chair et de sang.

Alors bien sûr, l’équipe a cherché à comprendre comment ce hashtag avait pu gagner une telle popularité. Les chercheurs ont alors réalisé que plusieurs personnalités notables avaient participé à la campagne. Des politiciens conservateurs et des activistes politiques d’extrême droite, principalement.

Encore une fois, la désinformation semble donc aller bon train sur la toile et rien ne semble pouvoir arrêter les complotistes. Pas même la décence.