Le crâne de cet homme a servi à un mystérieux rituel il y a 8000 ans

Il y a environ une décennie, des archéologues ont découvert des ossements humains et animaux dans un site archéologique situé dans le centre de la Suède à Kanaljorden. Ces ossements étaient disposés de façon étrange sur une plateforme en pierre immergée au milieu d’un lac. D’après les scientifiques, ces os auraient servi à une sorte de rituel qui remonte à environ 6000 ans de cela.

Parmi les restes retrouvés sur ce site, il y avait le crâne d’un homme, baptisé « Ludvig », en honneur au comte Ludvig Wierich Lewenhaup. Des analyses ont permis aux chercheurs de déduire que cet homme aurait vécu il y a environ 8000 ans, en Europe du Nord.

Crédits Pixabay

Grâce au travail de reconstruction faciale réalisé par l’archéologue et sculpteur Oscar Nilsson, on sait maintenant à quoi ressemblait Ludvig.

Des découvertes fascinantes

Les découvertes faites il y a dix ans de cela sur le site de Kanaljorden ont intrigué les scientifiques. Dans un rapport publié en 2018, les chercheurs qui ont étudié ces ossements ont indiqué qu’ils avaient été disposés d’une certaine façon, comme pour réaliser un rituel. Les ossements humains étaient mélangés à des os de sanglier et d’autres espèces animales.

Le crâne de Ludvig n’est pas le seul à avoir été utilisé durant ce mystérieux rituel. En effet, les chercheurs ont en découvert d’autres. Dans deux des crânes présents sur place, ils ont trouvé des traces qui laissent penser qu’ils avaient été placés sur des piquets.

À lire aussi : On a retrouvé des crânes déformés dans un cimetière de Hongrie

Un homme barbu d’une cinquantaine d’années

Après avoir passé dix ans dans l’anonymat, Ludvig peut désormais se dévoiler aux yeux du reste du monde. Cette reconstruction facile n’aurait pu se faire sans le slott de Charlottenborgs, un musée de la ville voisine de Motala.

Le visage de Ludvig a pris forme sous la main d’Oscar Nilsson. Le résultat de ce travail de reconstruction faciale est frappant de réalisme. On découvre un homme d’une cinquantaine d’années, aux yeux bleu pâle, aux cheveux clairsemés et à la barbe grisonnante, drapé d’une cape en peau de sanglier. Oscar Nilsson a porté une attention particulière aux détails et a dessiné des traces de craie sur le torse de son sujet.

Ludvig sera exposé au slott de Charlottenborgs, dans un manoir datant du 17e siècle.

À lire aussi : L’histoire de Cele Kula, la tour des crânes serbe

Mots-clés anthropologie