Le créateur de la franchise Yakuza pourrait quitter SEGA pour le géant chinois NetEase

Il n’y a pas que dans le foot que le mercato estival se révèle riche en rebondissement – l’industrie du jeu vidéo japonais s’apprête à vivre son propre petit tremblement de terre, comme le rapporte Bloomberg.

Le site américain révèle ainsi que Toshihiro Nagoshi, l’illustre game designer japonais à qui l’on doit les franchises cultes Yakuza et Super Monkey Ball, pourrait quitter son poste de directeur créatif au sein de SEGA pour rejoindre le géant chinois NetEase.

crédit Pixabay / TheXomil

30 ans de service pour SEGA

Nagoshi serait ainsi dans les phases finales de négociation avec le groupe chinois. Aucun accord n’a été signé pour l’instant, mais le game designer est attendu à la tête de son propre studio semi-indépendant de développement de jeu vidéo au Japon, sans plus de précision à l’heure actuelle.

Personnalité incontournable du jeu vidéo japonais, Nagoshi quitterait ainsi le giron de SEGA plus d’une trentaine d’années après avoir rejoint l’entreprise en 1989. Ayant fait ses marques dans l’arcade pour l’équipe AM2 sous la supervision du célèbre game designer Yu Suzuki, Nagoshi s’attaque au marché console au tournant des années 2000. À la tête de son studio Amusement Vision, Nagoshi fait sensation avec Super Monkey Ball, le portage console à succès du titre arcade Monkey Ball en 2001, avant de produire le jeu de course futuriste culte F-Zero GX sur Gamecube en partenariat avec Nintendo.

Mais Nagoshi est surtout connu pour Yakuza, indescriptible mélange de beat’em’all narratif et de simulateur de vie à la japonaise qui compte parmi les franchises les plus importantes de SEGA depuis ses débuts sur PlayStation 2 en 2005.

A lire aussi : Un jeu SEGA soulagé de Denuvo avant même sa sortie

NetEase à l’attaque

Débaucher un créatif de la trempe de Nagoshi marquerait un gros, gros coup pour le groupe chinois NetEase dans une course à l’armement l’opposant à Tencent, l’autre géant de l’empire du Milieu. Si ce dernier profite d’une aura plus importante auprès du public occidental de par la taille de son catalogue (League of Legends de Riot Games, pour ne citer que lui), NetEase n’est pas un acteur à négliger pour autant.

Il s’agit d’un acteur incontournable du marché Internet, mais également du jeu vidé PC : NetEase est depuis 2008 le partenaire officiel de Blizzard Entertainment et se charge de la publication d’une partie de son catalogue en Chine, avec des jeux comme Overwatch, World of Warcraft ou encore Starcraft II. Une stratégie de publication également mise en place avec l’éditeur CCP Games et son MMO EVE Online ou encore Mojang et le monstre Minecraft.

NetEase profite également d’une puissante assise sur le marché du jeu vidéo mobile chinois, avec des titres ultra populaires dont le nombre de téléchargements se compte dans les dizaines de millions comme Identity V, Knives Out ou encore Tom & Jerry: Chase.

En juin 2020, l’éditeur chinois avait déjà fait déployer ses premières cartes sur l’industrie vidéoludique japonaise avec l’ouverture de Sakura Studio, son premier studio “de développement jeu vidéo next-gen” au sein de l’archipel.

Mots-clés neteasesega