Le créateur de The Last of Us voudrait créer un jeu Punisher

The Last of Us est devenu, en seulement deux épisodes, un jeu culte chez beaucoup de joueurs. Une licence détenue par Naughty Dog et proposée sur la PlayStation, qui a déjà fait les beaux jours des précédentes productions du studio (Uncharted, Crash Bandicoot…). The Last of Us aura même droit à son adaptation télévisuelle sur HBO, chaîne câblée à l’origine de séries acclamées comme Game of Thrones, avec un nouveau réalisateur à sa barre. Autant dire que Naughty Dog n’a jamais été autant au sommet. Mais alors quel jeu pourrait bien être le suivant du studio ? Neil Druckmann, créateur de The Last of Us, a sa petite idée.

Comme le rapporte ComicBook, Neil Druckmann a cité un héros Marvel très connu, qui a même eu sa série Netflix.

Crédit : Marvel Studios/Netflix

Il s’agit de Punisher, héros connu pour être très brutal.

Neil Druckmann veut créer un jeu Punisher, mais pas que

C’est sur Twitter que Neil Druckmann, créateur de The Last of Us, a répondu à la question d’un internaute. Ce dernier lui demandait quelle licence déjà établie l’homme voudrait adapter en jeu vidéo. Et Neil Druckmann a tout simplement cité le Punisher, héros Marvel connu pour sa brutalité, faisant preuve d’une extrême violence à l’égard de ses ennemis. Le personnage est rapidement devenu populaire par son désir de vengeance, sa carrure imposante, sa tête de mort comme logo et énormément d’armes.

Mais Neil Druckmann a cité d’autres noms, et certains sont étonnants ! On trouve Half-Life, qui attend désespérément son troisième jeu, puis Ghost Rider. Ce dernier est également un héros Marvel, incarné par Nicolas Cage au cinéma dans deux films. Neil Druckmann cite ensuite Hotline Miami puis Cowboy Bebop, mastodonte de la japanimation.

Que Neil Druckmann ait envie d’adapter Punisher n’a rien d’étonnant. Le héros partage énormément avec The Last of Us, plus précisément le second épisode. Comme Ellie, le Punisher est en quête de vengeance, n’hésitant pas à massacrer ses ennemis, faire preuve d’une violence aveugle inouïe pour demander réparation. Des caractéristiques que partagent les personnages qui étonnent très peu lorsque l’on voit la réponse de Neil Druckmann !