Le Deepfake, une manne providentielle pour Pornhub, YouPorn et tous les autres ?

Ce n’est plus un secret, l’industrie du porno est une véritable mine d’or qui rapporte un paquet d’argent par an. Les sites pornographiques réalisent à eux seuls des millions de dollars de chiffres d’affaires… mais souvent au détriment de certaines personnes : les célébrités victimes de deepfake.

Depuis des années, des petits malins s’amusent à truquer des vidéos coquines en remplaçant le visage des acteurs d’origine par celui de personnalités célèbres tels que des stars du cinéma, des chanteurs ou même des personnalités politiques.

Crédits Unsplash

Selon les derniers chiffres communiqués par la société de détection deepfake Sensity, tous les mois, des milliers de vidéos deepfake sont téléchargées sur les sites pornos. Elles sont ensuite visionnées par des millions d’internautes plus qu’heureux de découvrir leurs stars préférées en « pleine action ».

Des millions de vues pour une vidéo de 30 secondes !

Depuis l’apparition de la tendance en 2018, les vidéos deepfake impliquant des personnalités célèbres ont particulièrement la côte sur des plateformes pornos très populaires telles que Pronhub, YouPorn, Xnxx, Xvideos ou encore xHamster.

Ces plateformes peuvent se vanter de comptabiliser un nombre de visiteurs quotidien aussi conséquent que celui de sites très fréquentés tels qu’Amazon et Wikipédia.

Pour vous faire une idée de la popularité de ce genre de contenu, sur Xnxx par exemple, un clip truqué avec l’actrice Emma Watson (Harry Potter, The Circle) a été vu plus de 20 millions de fois alors qu’il fait à peine 30 secondes ! De même pour d’autres vidéos deepfake impliquant des stars telles que Natalie Portman, Taylor Swift, Billie Eilish ou encore l’actrice indienne Anushka Shetty.

À lire aussi : Quand Zoom plante, Pornhub se frotte les mains

Les sites pornos ne font pas grand-chose pour lutter contre

En tant que contenu non consensuel, les vidéos deepfake devraient être bannies des sites pornos… qui ne semblent pourtant pas presser de le faire. Comme le fait remarquer Giorgio Patrini, PDG et scientifique en chef de Sensity, « l’attitude de ces sites Web est qu’ils ne considèrent pas vraiment cela comme un problème. » Et ce n’est pas encore prêt de changer selon lui. « Jusqu’à ce qu’il y ait une bonne raison pour que les sites essaient de les supprimer et de les filtrer, […] rien ne va se passer. Les gens seront toujours libres de télécharger ce type de matériel sans aucune conséquence sur ces sites Web qui sont consultés par des centaines de millions de personnes ».

Certains sites affirment cependant agir pour lutter contre les vidéos deepfakes qui sont téléchargées sur leur plateforme. Alex Hawkins, vice-président de xHamster, a notamment indiqué qu’elles sont traitées « comme tout autre contenu non consensuel » sur la plateforme : « nous comprenons parfaitement la préoccupation entourant les deepfakes, nous facilitons donc leur suppression ».

Hawkins a ainsi affirmé que toutes les vidéos impliquant des images de gens utilisées sans autorisation étaient supprimées par l’équipe de modération de xHamster.

À lire aussi : MindGeek a une dent contre les sites pirates