Le dernier jeu officiellement sorti sur Mega Drive au Japon reçoit une traduction anglaise officieuse

Madô Monogatari I se trouve être l’ultime jeu Mega Drive paru au Japon. Une précision sous-entendant fort justement que ce titre n’a jamais quitté les frontières nippones, du moins officiellement. Depuis une poignée de jours, une équipe de passionnés nous livre une traduction en anglais des textes de ce RPG signé Compile.

Qu’est-ce que Madô Monogatari I ? Sa définition est quelque peu compliquée. Il s’agit en fait là d’un semi-remake. Semi puisqu’il se base ainsi sur un jeu Game Gear de 1993 qui « remakait » déjà la première partie des trois premiers Madô Monogatari parus en 1990 sur MSX et l’année suivante sur PC-9801.

Une manette de gamer.

Crédits Pixabay

Madô Monogatari I emprunterait également un certain nombre d’éléments de la version PC Engine sortie la même année, soit en 1996. Avec un lancement effectué le 22 mars 1996, ce jeu reste le dernier titre Mega Drive officiellement paru sur le sol japonais.

Madô Monogatari I : un remake de remakes enfin jouable en anglais

À la base, Madô Monogatari est un RPG développé par le studio Compile. On y incarne Arle, une étudiante à l’école de magie qui, après avoir accidentellement donné les bonnes réponses à un examen, se retrouve à devoir explorer une dangereuse tour comme dernière épreuve.

Siliconera, qui rapporte l’information, souligne que bien que reprenant le squelette du jeu original, Madô Monogatari I se distingue par un scénario et un principe de gameplay peu communs, en tout cas pour l’époque. Les donjons parcourus sont ainsi décrits comme totalement originaux et les affrontements se déroulent dans une représentation pouvant rappeler les jeux de combat traditionnels en 2D.

Si le principal personnage du jeu peut rappeler des souvenirs à un certain public, c’est parce qu’il a par la suite intégré le casting de la désormais réputée série Puyo Puyo, un titre ainsi développé à la base en tant que produit dérivé de Madô Monogatari.

Il ne serait évidemment pas question de ne pas nommer les personnes, ou du moins leurs pseudonymes, à l’origine de cette traduction officieuse dont chacun jugera de la qualité : TheMajinZenki, Supper, filler et cccmar. Le jeu patché est téléchargeable gratuitement sur Romhacking.net. Ne restera plus qu’un émulateur fonctionnel, un contrôleur adapté et des cours d’anglais assidûment suivis pour profiter du résultat. Ah oui, et la tolérance de SEGA.