Le DOJ lance des poursuites contre des entreprises chinoises

Le procureur général, Jeff Sessions, a annoncé une initiative de lutte contre l’espionnage industriel et le vol de propriété intellectuelle. Le ministère de la Justice américaine a dans sa ligne de mire une société taïwanaise soutenue par la Chine. Le magistrat accuse le dirigeant et les employés de cette entreprise d’avoir volé des secrets commerciaux d’une valeur de 8,75 milliards de dollars à Micron.

Le procureur général évoque les noms de Stephen Chen, le président de Micron Memory Taiwan (MMT), anciennement dénommé Rexchip, acquis en 2013 par Micron. Chen est devenu le vice-président d’United Microelectronics Corporation en 2015 et a soutenu la société chinoise Fujian Jinhua et en devient le président en 2017.

Prison Facebook

Selon Sessions, le dirigeant aurait subtilisé un secret commercial de Micron en plus d’avoir embauché d’anciens employés de MMT, JT Ho et Kenny Wang qui auraient eux aussi volé des secrets de MMT.

Les USA contre les manœuvres frauduleuses de la Chine

Jeff Sessions a annoncé la création de la China Initiative dirigée par le procureur général adjoint John Demers. Ce projet visera à détecter les vols de propriété intellectuelle effectués par l’Empire du Milieu et d’intenter les procédures y afférents.

Le procureur a déclaré dans un communiqué que « Les découvertes qui ont nécessité des années de travail et des millions de dollars d’investissement ici aux États-Unis peuvent être volées par des pirates informatiques ou effectuées par un employé en quelques minutes. » Il ajoute : « Sous le président Donald Trump, les États-Unis tiennent tête aux menaces délibérées, systématiques et calculées que représente notamment le régime communiste en Chine, réputé dans le monde entier pour le vol de propriété intellectuelle. »

Jinhua sur la liste noire du ministère du Commerce

En plus du vol présumé effectué par Stephen Chen, le département américain de la Justice accuse également ses employés, en particulier Kenny Wang, d’avoir détourné 900 fichiers de Micron en plus des secrets commerciaux de F32nm DRAM de mémoire sur des serveurs américains.

Il aurait ensuite stocké toutes ces données confidentielles sur son compte Google Drive.

Le ministère du Commerce a ajouté Jinhua sur la liste des entités qui ne peuvent pas acheter des biens et services aux États-Unis afin de limiter la rentabilité des technologies volées. De plus, le DOJ a intenté une action en justice contre Jinhua et UMC pour les empêcher de transférer la technologie volée aux USA.

En cas de procès, ces entreprises risquent non seulement d’être fermées mais aussi d’être condamnées à des amendes de plus de 20 milliards de dollars. Quant aux suspects, ils risquent 15 ans d’emprisonnement en plus d’une amende de 5 millions de dollars.