Le drôle de cerveau des musiciens qui ont commencé jeunes

On l’avait soupçonné depuis un certain temps, une étude vient de confirmer que jouer de la musique a bien un effet sur les connexions du cerveau. Plus précisément, lorsqu’une personne commence à pratiquer un instrument dès son plus jeune âge, son cerveau devient « super connecté ». On peut ainsi observer une différence significative au niveau de certaines régions cérébrales lorsque le cerveau d’un musicien est comparé avec celui de quelqu’un qui n’est pas musicien.

L’étude a été menée par des experts du Stanford University School of Medicine et a consisté à comparer les cerveaux de 153 volontaires. Parmi ces derniers, il y avait des musiciens professionnels, des non-musiciens, mais aussi des musiciens possédant l’oreille absolue. L’oreille absolue est la capacité de reconnaitre le ton d’un son sans utiliser de référence.

Crédits Pixabay

Les résultats montrent clairement que ceux qui ont commencé leur apprentissage de la musique très tôt possèdent des connexions cérébrales plus fortes que ceux qui n’ont commencé que plus tard. Selon les scientifiques, cette découverte correspond à l’un des cas où l’expérience d’une personne peut façonner son cerveau.

Un impact à long terme

D’après les explications des chercheurs, peu importe l’instrument choisi, les musiciens possèdent des connexions structurelles et fonctionnelles bien plus fortes au niveau de leur cerveau que les non-musiciens. De plus, ces connexions deviennent encore plus fortes avec le temps.

Simon Leipold, l’auteur de l’étude, a indiqué que les années de pratique musicale affectent le cerveau de façon spectaculaire. L’impact est d’autant plus important que la période de pratique est longue.

Leipold a ajouté que ces résultats démontrent que l’expérience façonne le cerveau, surtout vers le début de la vie. Ils montrent aussi à quel point les capacités musicales sont représentées au niveau du cerveau.

Qu’en est-il de l’oreille absolue ?

Au cours de l’étude, les chercheurs ont aussi comparé le cerveau des musiciens ayant une oreille absolue avec celui de ceux qui ne le possèdent pas. Apparemment, les mêmes conclusions concernant le façonnage du cerveau sont aussi valables pour les musiciens avec l’oreille absolue.

Leipold explique qu’ils ont été surpris de voir qu’il n’y avait pas de grandes différences entre les cerveaux des musiciens des deux catégories. Toutefois, l’oreille absolue pourrait impacter le cerveau de manières plus subtiles.

En tout cas, lorsque les deux catégories de musiciens ont été comparées avec les non-musiciens, les scientifiques ont pu observer que le cerveau des deux groupes avait une connectivité fonctionnelle plus forte, ce qui correspond à l’activité synchronisée des régions du cerveau. On parle ici des régions auditives des deux hémisphères.

D’autre part, les musiciens possèdent aussi des connexions de la matière blanche plus fortes entre les régions auditives et les lobes qui jouent un rôle dans divers types de traitements de haut niveau.

Ainsi, en voyant ces résultats, on peut dire que ce ne serait pas une mauvaise chose d’encourager les enfants à pratiquer un instrument. Même s’ils ne vont pas forcément devenir des musiciens professionnels, de bonnes connexions cérébrales leur permettront de mieux gérer les diverses situations auxquelles ils auront à faire face au cours de leur vie.

Mots-clés neurologie