Le FBI a élucidé un mystère entourant une momie de 4000 ans

En 1915, une équipe de chercheurs, dirigée par les archéologues Hanford Lyan Story et George Reisner, a entrepris d’explorer les falaises de Deir el-Bersha, situées à 290 km au sud du Caire sur la rive est du Nil. Les archéologues y ont découvert un pied de 9 mètres sous les roches.

Ils y découvrirent aussi une salle étroite qui était vraisemblablement une tombe qui a été pillée et incendiée. À l’intérieur, ils ont trouvé un cercueil de cèdre par-dessus lequel se trouvait une tête tranchée. D’après leurs investigations, cet endroit était la tombe d’un ancien gouverneur, du nom de Djehutynakht ainsi que de son épouse.

Momie

Les archéologues ont envoyé la momie, la tête coupée ainsi que le reste des cercueils et des figurines en bois épargnés par le feu au Musée des Beaux-Arts de Boston en 1921. Cela n’a été exposé au public qu’à partir de 2009, la tête de la momie étant la pièce principale et mystérieuse de cette collection.

Les médecins légistes du FBI entrent en action

Les archéologues ont appelé le lieu de sépulture tombeau 10A et déclaré que les momies étaient vieilles de quatre mille ans. La conservatrice, Rita Freed, avait indiqué que le musée ignorait si la tête était celle du gouverneur ou celle de sa femme.

Étant donné l’ancienneté de la momie, le Musée a fait appel aux médecins légistes du FBI pour établir l’identité de cette tête. Cette opération a été menée par le docteur Odile Loreille, médecin légiste de l’agence.

Un succès qui rend service à l’Histoire, la Science et l’Archéologie

Loreille a pu extraire de l’ADN à partir de la couronne de dent de la momie. En forant le cœur de la dent, le médecin légiste a pu recueillir un peu de poudre de dent qu’elle a dissoute en vue de ses analyses.

Elle a ensuite passé en revue l’échantillon afin de déterminer si ce dernier avait été contaminé par des personnes. Heureusement, l’échantillon n’a présenté aucun signe de dommage important. Avec l’aide d’un logiciel informatique analysant le rapport des chromosomes dans l’échantillon, le médecin légiste a pu établir que la tête de la momie appartenait au gouverneur Djehutynakht.

Le programme laissait en effet entrevoir des marqueurs X et Y.

Pour le Musée des Beaux-Arts, cette analyse lui a permis d’identifier un élément important de leurs expositions. Pour le FBI, c’est une nouvelle avancée médico-légale en termes de collecte et d’identification d’ADN. Pour les archéologues, c’est la découverte d’une nouvelle méthode pour identifier les vestiges du passé.

Mots-clés archéologiefbi