Le FBI aura mis deux mois pour déverrouiller un iPhone 11

Ce n’est un secret pour personne : entre Apple et le FBI, le torchon brûle. Il faut dire que les services secrets américains ont bien du mal à accéder aux smartphones de la firme de Cupertino qui ne peut apporter son aide. Le FBI a demandé plusieurs fois au constructeur de l’aider dans cette tâche, sans succès. Car pour la firme de Cupertino, la protection des données privées reste une priorité et déverrouiller l’iPhone d’un utilisateur, même suspect, est bien compliqué face à l’absence de porte dérobée. Le FBI doit donc se débrouiller seul et cette tâche peut parfois prendre plusieurs mois, comme dans cette affaire du jour.

Visé par une enquête, c’est l’iPhone 11 de Lev Paranas qui a été déverrouillé par le FBI.

L'écran de verrouillage de l'iPhone 11 Pro Max

Une tâche accomplie non sans mal puisque le FBI aura pris deux mois à accéder à l’iPhone 11, comme nous le révèle Bloomberg.

Un iPhone 11 ultra protégé, mais enfin déverrouillé par le FBI

Le FBI enquête actuellement sur Lev Parnas, associé de l’avocat de Donald Trump, et doit pour cela accéder aux appareils du suspect.

Parmi les machines concernées, on trouve un iPhone 11 qui aura finalement été déverrouillé par les services secrets américains au bout de… deux mois ! Pour y arriver, le FBI a dû passer par des outils de Cellebrite, “une société israélienne qui fabrique des appareils d’extraction, de transfert et d’analyse de données pour téléphones portables et appareils mobiles“. Malheureusement pour le FBI, cet appareil n’est que le premier sur plusieurs appartenant à Lev Parnas.

L’ironie de l’histoire reste que Donald Trump demande depuis plusieurs semaines à Apple de laisser une porte d’entrée sur les iPhone pour que le FBI puisse y accéder, notamment dans le cadre de la fusillade de Pensacola. L’homme politique a de nombreuses fois formulé cette demande à la firme de Cupertino tandis que l’iPhone 11 déverrouillé de Lev Parnas contient… des informations voulues par le Congrès pour appuyer la procédure de destitution du président des États-Unis.

La guerre entre le gouvernement américain, les services secrets et Apple semble loin d’être terminée. La firme de Cupertino reste quant à elle sur sa position de ne laisser aucune porte dérobée sur ses appareils.

Mots-clés applefbiiphone