Le FBI aurait forcé un suspect à s’identifier sur son iPhone X avec Face ID

La police fédérale américaine aurait forcé un suspect accusé de pornographie infantile à déverrouiller son iPhone X en se servant de Face ID. Selon Forbes, c’est la première fois de son histoire que la technologie de reconnaissance faciale d’Apple est utilisée dans le cadre d’une enquête.

Cette enquête menée par le FBI nous rappelle l’affaire de San Bernardino. Apple ayant refusé de déverrouiller l’iPhone 5c de l’un des auteurs d’une fusillade, les fédéraux ont fait appel à des tiers pour accéder aux données de l’appareil. Une démarche qui a porté ses fruits puisqu’ils ont pu recueillir de précieuses informations dans le téléphone de Syed Farook. Maintenant, c’est au tour de l’iPhone X de se trouver au cœur d’une enquête menée toujours par le Federal Bureau of Investigation. En effet, les agents du principal service fédéral de police judiciaire et de renseignement intérieur des États-Unis auraient obligé Grant Michalski à déverrouiller son smartphone à l’aide de Face ID.

iPhone Xs : image 8

Suspecté d’être impliqué dans une affaire de pédopornographie, l’homme âgé de 28 ans et habitant dans la ville de Columbus (Ohio) a dû se plier à la demande du FBI.

L’application Kik impliquée

D’après les enquêteurs, le suspect s’est servi de l’application Kik pour entrer en contact avec d’autres utilisateurs intéressés par la pornographie infantile. Pour leur permettre de remonter vers Grant, un agent du FBI a également utilisé l’application en se faisant passer pour un homme qui désirait avoir des relations sexuelles avec des mineurs.

Il faut savoir que la police fédérale a réussi à prouver qu’il y avait un lien entre Michalski et William Weekley, un autre suspect impliqué lui aussi dans une affaire de pédopornographie. Sans le déverrouillage de l’iPhone de Grant par le biais de Face ID, il aurait été difficile d’arriver à cette conclusion.

Les données de l’iPhone X n’ont pas été copiées

Certes, grâce au scan du visage du suspect, le FBI a pu accéder aux conversations effectuées par celui-ci sur Kik, mais cela n’a pas permis à l’organisme de copier l’intégralité des données de l’iPhone X sur un ordinateur. En effet, depuis iOS 11, Apple a adopté une nouvelle mesure de protection des données.

Pour synchroniser un iPhone avec un PC, il est nécessaire de saisir le code de l’iPhone lors de la première connexion. Un code que les agents n’avaient pas.

Mots-clés appleiphone x