Le fondateur de Huawei défie les États-Unis

Ren Zhengfei s’exprime rarement en public. Lors de son interview avec la BBC, le fondateur de Huawei a démontré sa ferme intention de tenir tête aux États-Unis. Son entreprise bénéficie d’une grande notoriété sur le plan international, sans parler du fait qu’elle est plus avancée en termes de technologie. Dans son discours, Zhengfei affirme sans la moindre ambiguïté : « Il n’y a aucun moyen pour que les États-Unis puissent nous écraser ».

Les États-Unis ont récemment décrété une loi interdisant l’utilisation de produits Huawei, notamment les Smartphones et les équipements de mise en réseau. Cette nouvelle législation s’applique aussi bien au gouvernement qu’aux sous-traitants.

Donald Trump et ses acolytes déploient aussi toutes leurs ressources pour convaincre d’autres pays d’interdire les matériels Huawei.

Les avis des grands pays du monde restent partagés concernant les accusations contre le leader de la technologie. Affaire à suivre !

Huawei jouit toujours d’une certaine renommée

Voici un extrait de la déclaration faite par Ren Zhengfei : « Le monde a besoin de Huawei, car nous sommes plus avancés. Même s’ils persuadent davantage de pays de ne pas nous utiliser temporairement, nous pourrions simplement réduire un peu les choses… Parce que les États-Unis continuent de nous prendre pour cible et de nous critiquer, ils nous ont forcés à améliorer nos produits et services. »

Le fondateur de Huawei souligne que plus la pression des Américains est forte, plus les affaires de la marque fluctueront. Ce dernier considère d’ailleurs la récente arrestation de sa fille Meng comme « un acte politique qui n’est pas acceptable ». Meng Wanhzou serait accusée de fraude et encourrait une peine maximale de 30 ans de prison.

Un possible sursis au Royaume-Uni

Les États-Unis ont réussi à réunir plusieurs alliés à ses côtés. On cite l’Australie, le Canada ou encore le Japon. Certains de ces pays ont même décidé d’interdire tout équipement Huawei sur l’ensemble de leur territoire. Le Royaume-Uni, en revanche, a choisi d’offrir un sursis à la société de télécommunication chinoise.

En réponse à cela, Ren Zhengfei a déclaré : « Nous allons continuer à investir au Royaume-Uni, nous continuons de faire confiance au Royaume-Uni et nous espérons que le Royaume-Uni nous fera encore plus confiance. Nous investirons encore plus au Royaume-Uni, car si les États-Unis ne nous font pas confiance, nous déplacerons nos investissements des États-Unis vers le Royaume-Uni à une échelle encore plus grande ».

Mots-clés huawei