Le fondateur de Huawei ne veut pas entendre parler d’interdiction à l’encontre d’Apple

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis fait rage et chaque jour, la liste des entreprises qui mettent leurs distances avec le géant chinois Huawei grossit. On pourrait croire qu’une offensive chinoise contre son homologue américain Apple serait la bienvenue pour Huawei, mais son fondateur ne semble pas être du même avis.

Pour Ren Zhengfei qui tient la firme à la pomme en très haute estime, cette situation ne devrait pas se produire. De plus, il a déclaré qu’il serait le premier à protester si de telles sanctions étaient réellement menées à l’encontre d’Apple en Chine.

Crédits Wiki

C’est en tout cas ce que le fondateur et également numéro un de Huawei a clairement laissé entendre dans le cadre d’une interview donnée à Blooomberg sur les implications et les conséquences de l’interdiction américaine sur son entreprise.

Huawei se relèvera et continuera à voler tel un avion dans le ciel

Même si le numéro un de Huawei accuse le coup porté à son entreprise dans la guerre commerciale qui oppose les États-Unis à la Chine, Ren Zhengfei reste malgré tout confiant sur la capacité de l’entreprise à se relever et à continuer à faire ce qu’il y a de mieux en matière de technologie.

En effet, la firme compte de nombreuses cordes à son arc. Elle produit ses propres processeurs et puces, tout en se penchant en parallèle sur le développement de son propre système d’exploitation pour ses serveurs et ses téléphones.

Ren Zhengfei sait que cela prendra peut-être du temps, mais il estime aussi que tout va dépendre de la vitesse à laquelle “les mécaniciens arriveront à tout réparer (…) peu importe quels matériaux ils vont utiliser, l’objectif étant de continuer à faire voler l’avion”.

Pas question de laisser Apple subir le même sort

Huawei va s’en sortir, qu’il y ait ou qu’il n’y ait pas de coopération avec les Américains, dit Ren Zhengfei. Toutefois, il ne veut pas que la firme à la pomme subisse le même sort. Et quand bien même cela arriverait, il serait le premier à protester.

Certaines analyses financières tablent sur une perte de 30% de ses revenus pour Apple si le marché chinois venait à lui être fermé. Mais il semble que le PDG de Huawei veut faire les choses à sa manière et se battre pour devenir le numéro un mondial des constructeurs de smartphones sans que l’on touche à l’entreprise qu’il considère un “mentor” et une “référence” qui l’a inspiré.

Mots-clés applehuawei