Le fondateur et président exécutif de Nikola, Trevor Milton quitte son poste

Trevor Milton s’est résolu à quitter le constructeur américain de pick-up et poids lourds électriques, Nikola Corporation. La démission qu’il a déposée lundi 21 septembre 2020, fait suite à des accusations de fraude portées par la société de recherche financière Hindenburg Research.

Milton n’occupe plus de ce fait le poste de président exécutif de Nikola. L’ancien patron de l’entreprise basée à Phoenix a également renoncé à son siège au sein du conseil d’administration de la start-up qu’il a lui-même fondée en 2015. Selon Milton la société et sa mission doivent passer avant le fondateur.

Les roues d'un semi remorque

Crédits Pixabay

Le démissionnaire de 38 ans a été remplacé par Stephen Girsky, ancien vice-président de General Motors et membre du conseil d’administration de Nikola.

Nikola accusé d’une douzaine de mensonges

Le 10 septembre 2020, Hindenburg Research a publié un rapport qui remet en question l’honnêteté et l’intégrité de Nikola.

La start-up aurait menti sur sa technologie de véhicule électrique et de pile à hydrogène. Les fausses déclarations de Trevor Milton auraient induit les investisseurs en erreur.

Les allégations de Hindenburg Research ont eu des impacts négatifs sur Nikola. Les accusations ont notamment fait chuter le cours de l’action du constructeur de camions à hydrogène. La firme fait en outre l’objet d’une enquête fédérale.

Elle se trouve actuellement dans le collimateur de la Securities and Exchange Commission et du département américain de la justice.

Nikola a donné sa version de l’histoire

Nikola n’est bien évidemment pas resté les bras croisés face au rapport de Hindenburg Research. Si l’on en croit la société de poids lourds électriques, le contenu du document publié par l’équipe dirigée par l’analyste Nate Anderson est « faux et diffamatoire ».

Étant à découvert, Hindenburg essaierait tout simplement de manipuler le marché afin d’obtenir des profits financiers.

De son côté, Milton soutient également que le rapport de Hindenburg Research n’est pas fondé. L’entrepreneur ne va donc pas se laisser faire. « J’ai l’intention de me défendre contre les fausses allégations de détracteurs extérieurs » a-t-il déclaré sur Twitter.

Le tweet de Milton laisse en outre croire qu’il n’est pas du tout inquiet quant à l’avenir de Nikola. Selon lui, “la société est entre de bonnes mains et l’équipe de direction est bien équipée pour la diriger vers l’avenir».

Mots-clés camionsNikola