Le four d’un crématorium explose à cause du pacemaker d’un défunt

Les appareils électroniques quels qu’ils soient, quelle que soit leur taille, sont potentiellement dangereux. Si l’on l’avait dit au propriétaire d’un crématorium situé dans une ville des Hautes-Pyrénées, il ne l’aurait pas cru, du moins pas jusqu’à cet incident survenu il y a quelques jours dans l’hexagone.

Petit dispositif placé dans à proximité du coeur de personnes atteintes de maux cardiaques, le pacemaker, ou stimulateur cardiaque, permet de fournir des impulsions électriques destinées à stimuler les muscles du cœur et ainsi suppléer les efforts de l’organe des porteurs.

Explosion crématorium

La journée avait bien commencé pourtant.

Alors qu’il était destiné à redevenir poussière, un homme a fait exploser malgré lui le four d’un crématorium d’Azereix, dans les Hautes-Pyrénées françaises et selon des rumeurs, il ne s’agit pas d’un cas isolé dans le genre, l’autre ayant eu lieu au pays de la Loire.

Le pacemaker accusé

L’incident s’est déroulé il y a quelques semaines maintenant, mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’il a été rapporté par La Dépêche, un journal local. En effet, lors de son incinération, le corps d’un défunt a littéralement fait exploser le four d’un crématorium, laissant un trou béant.

« C’est la pile d’un pacemaker qui a provoqué une explosion dans le four » souligne Jérôme Bourda, le responsable du crématorium, avant d’ajouter que depuis l’incident, le four est toujours opérationnel, mais dans une moindre capacité. De plus, l’expertise du constructeur a mis en évidence des dégâts sur les briquettes réfractaires, nécessitant de lourdes réparations.

Le crématorium d’Azereix devrait donc fermer ses portes dès ce vendredi 29 avril, pour ne rouvrir que le 30 mai prochain.

Un incident non isolé

En effet, pareil incident quoique rare, a déjà été répertorié à Saint-Etienne le 10 mars dernier, comme le rapporte une seconde source. A la mort de l’un de ses patients un médecin avait semble-t-il oublié d’avertir l’équipe en charge de sa crémation de la présence d’un pacemaker dans sa poitrine.

Lors de celle-ci, le une explosion a donc retenti dans le four crématoire, détruisant une partie de l’infrastructure.

Alors inutilisable pendant trois semaines, le four en question est d’ores et déjà rétabli, et a repris du service dernièrement.

Source 1 | La Dépêche
Source 2 | France Bleu

Mots-clés insolite