Le gang de hackers qui fait chanter Trump déclare avoir trouvé un acheteur pour les données, et se prépare pour une autre vente

REvil, le groupe de hackers qui a récemment prétendu avoir réussi à pirater Grubman Shire Meiselas & Sacks et à subtiliser les données de plusieurs célébrités et personnalités, fait de nouveau parler de lui.

Si vous suivez un peu les actus people, vous n’êtes pas sans savoir que pour prouver que l’exploit était bien réel, ces pirates ont récemment publié des documents concernant Lady Gaga. Mais alors que le président américain Donald Trump n’est pas censé être un client de ce cabinet, son nom est apparu dans cette affaire.

Crédits Pixabay

De ce fait, les membres de REvil ont déclaré que si Allen Grubman, avocat de Grubman Shire Meiselas & Sacks, ne souhaite pas que le « linge sale » de Trump soit exposé au grand jour, il sera dans l’obligation de payer une rançon colossale, s’élevant à 42 millions de dollars.

Une sommation a déjà été lancée par les hackers, 42 millions de dollars à la clé

Selon les déclarations des hackers, depuis leurs débuts jusqu’à ce jour, ils ont volé des tonnes de données concernant Donald Trump. Pour démontrer que ce n’était pas du bluff, quelques-unes ont été divulguées. Toutefois, ces dernières n’étaient apparemment pas très alarmantes.

En effet, elles n’incluaient que des lettres de collecte de fonds et des invitations au Mar-A-Lago, un site historique américain devenu une résidence de Donald Trump depuis 1985 (Palm Beach, Floride).

REvil a ensuite annoncé détenir des données autrement plus compromettantes, qui pourraient même affecter négativement la candidature de Trump aux prochaines élections présidentielles.

Aussi, si Grubman ne paye pas les 42 millions de dollars, tout le « linge sale » de Donald Trump sera divulgué, a prévenu le gang de hackers.

Cependant, l’avocat refuse fermement de coopérer avec les pirates, considérés comme des terroristes, et a déclaré travailler avec le FBI dans le cadre de cette affaire. De plus, « payer une somme exigée par des terroristes est une violation du droit pénal », souligne le FBI.

Apparemment, les hackers auraient trouvé un acheteur pour les informations sur Trump

Que ce soit du bluff ou non, le gang de hackers a annoncé avoir été contacté par un acheteur potentiel. Selon un rapport de Business Insider, une fois que la transaction sera effectuée, ces données compromettantes concernant le président américain lui seront remises.

Par la suite, REvil effacera toutes les copies en sa possession (apparemment il y en aurait donc plusieurs) et le nouvel acquéreur pourra utiliser ces données comme bon lui semble.

Et il semble bien que les pirates ne veuillent pas s’arrêter en si bon chemin. Toujours selon les informations relayées, ils continuent de faire pression sur le cabinet d’avocats, qui a clairement annoncé qu’il ne paiera pas un sou, même si des documents mettant en cause ses clients peuvent être publiés.

Ce sera peut-être le cas prochainement, car les membres de REvil ont en effet annoncé qu’ils vendront aux enchères les données de Madonna, obtenues grâce au piratage du cabinet Grubman Shire Meiselas & Sacks, sur le Dark Web.

La fameuse vente aura lieu le 25 mai prochain et les enchères commenceront à 1 million de dollars. Une affaire à suivre.