Le gouvernement Chinois de nouveau cité derrière une affaire de vol de secrets industriels

Le mois dernier, un scientifique américain d’origine chinoise a été condamné pour vol de secrets commerciaux. D’après un communiqué de presse du FBI, Hongjin Tan, qui a travaillé durant 18 mois pour l’Oklahoma Petroleum Company écopera d’une peine de 24 ans de prison, suite à des investigations qui auront débuté fin 2018.

Les enquêtes du FBI ont en effet pu révéler que cet individu comptait en fait démissionner et partir travailler pour Xiamen Tungsten, une société chinoise exerçant exactement dans le même domaine que l’entreprise américaine qu’il comptait quitter.

prison-cellule

Crédits Pixabay

À la clé, de nombreux nombreux documents confidentiels de l’Oklahoma Petroleum Company subtilisés par le scientifique et enregistrés sur une clé USB. Selon les informations, ces documents concernent une technologie de batterie mise au point par l’Oklahoma Petroleum Company qui peut également être utilisée dans la fusion de métaux.

Condamné pour vol de secrets commerciaux et destitué de son statut de résident

La valeur des informations que Tan a subtilisées s’élève à 1 milliard de dollars et le FBI a qualifié ce procédé comme étant « une méthode classique et sans scrupule du gouvernement chinois, afin de vampiriser l’économie américaine ».

Beaucoup de fichiers confidentiels appartenant à la société américaine ont été retrouvés dans la clé USB que Tan avait en sa possession. Et la plupart des documents que cette clé USB contenait n’étaient pas liés à son poste au sein de la boîte.

Avec ce vol de secrets commerciaux, Tan a été condamné à 2 ans d’emprisonnement et destitué de son statut de résident américain. Une fois qu’il aura purgé sa peine, Hongjin Tan sera renvoyé du sol américain et n’aura donc plus le droit d’y remettre les pieds.

À lire aussi : Quand Facebook aide le FBI à coincer un pédophile

Les États-Unis ne plaisantent pas avec ce genre d’infraction, dit le FBI

Pour se défendre, Hongjin Tan a déclaré s’être procuré ces documents secrets dans le but de les lire afin de poursuivre ses recherches, selon Jeremy Sykes, un agent spécial du FBI.

Mais la société américaine a insisté pour que ce dernier lui rende cette clé USB. Toujours selon Sykes, après la coopération de Tan, la société américaine a déclaré que de nombreux fichiers ont été supprimés, ce qui est vraiment très inquiétant.

Apparemment, c’est en partie pour profiter du programme chinois des « Mille Talents » que Hongjin Tan a commencé à voler des documents confidentiels de l’entreprise américaine pour laquelle il travaillait. Un programme qui offre de nombreux avantages et des soutiens financiers aux Chinois qui se portent volontaires pour lui fournir les connaissances technologiques appartenant à des entreprises américaines pour lesquelles ils ont travaillé.

Au cours d’une conférence qui a eu lieu à Boston, Christopher Wray, le directeur du FBI, a parlé de ce type de méthode malhonnête de la Chine. « Tandis que les entreprises américaines donnent corps et âme pour innover, les sociétés chinoises leur volent leurs idées, afin de les concurrencer », précise-t-il. Et face à cela, la preuve est faite qu’au pays de l’oncle Sam, on ne laisse pas passer ce genre d’infraction.

À lire aussi : Plus c’est long plus c’est bon dit le FBI pour les mots de passe

Mots-clés chinefbiusa