Le gouvernement l’admet, StopCovid n’est pas vraiment une réussite

Pendant le confinement, lors de la première vague de Covid-19, le gouvernement avait annoncé le développement d’une application appelée StopCovid. Une application qui fut mal reçue par certains citoyens, craignant pour leurs données privées, notamment car la santé est en jeu. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) avait alors approuvé StopCovid, expliquant que cette dernière n’allait pas subtiliser les informations sensibles des utilisateurs. Et peu de temps après le confinement, l’application a été lancée sur tout le territoire français. Trois mois après, est-ce un succès ?

Pas vraiment, selon le Premier ministre Jean Castex au micro de France Inter.

L’application StopCovid – Crédit : − Lunabee Studio

L’application n’a pas obtenu les résultats attendus, selon l’homme.

StopCovid n’est pas très présent sur les smartphones des Français

StopCovid a un fonctionnement plutôt simple. L’utilisateur n’a qu’à entrer sa sérologie, qu’elle soit négative ou positive, et activer son Bluetooth pour que l’application puisse fonctionner. Lorsque ce dernier croise quelqu’un infecté par le Covid-19, une notification apparaît alors.

Une application gouvernementale qui, malgré la promesse du respect de la vie privée, n’a pas vraiment rencontré de succès auprès des citoyens français.

Le Premier ministre a expliqué, au micro de France Inter, que StopCovid n’a pas “obtenu les résultats qu’on en espérait“. Mais l’homme préfère tempérer et voit un succès dans cet échec, expliquant que le gouvernement était conscient qu’un tel outil était une première et que son adoption “serait particulièrement difficile“.

Jean Castex précise néanmoins que StopCovid “ce n’est pas l’outil majeur de lutte” et, en guise de comparaison, explique “nous ne sommes pas le seul pays à faire ce même constat“.

Niveau chiffres, alors que l’application avait été téléchargée 600 000 fois en juin 2020, on parle désormais de 2,3 millions de téléchargements ! 1500 Français se sont enregistrés positifs et, niveau notifications, le tableau est encore plus noir avec seulement 72.

Il semblerait donc que malgré l’effort de communication de l’État, la sauce n’ait pas vraiment pris auprès des Français. Il s’agissait pour StopCovid de permettre à un citoyen négatif ayant croisé un autre, positif, d’en être informé et prendre les dispositions.

Une idée plutôt maline sur le papier, mais une gestion de la vie privée qui aura peut-être effrayés certains français.