Le Gulf Stream en danger, un point de non retour en 2100

Le Gulf Stream pourrait passer un point de non-retour d’ici la fin du siècle, selon des chercheurs menés par Levke Caesar, climatologue à l’Université Maynooth (Irlande). En effet, la vitesse du célèbre courant marin n’a jamais atteint un niveau aussi bas comme celui constaté sur cette décennie.

Si les actions anthropiques continuent à aggraver la situation climatique, le Gulf Stream pourrait à terme finir par disparaître. Pour rappel, le Gulf Stream est un courant marin joignant la péninsule de la Floride et la partie nord de l’Atlantique, emmenant une masse d’eau océanique chaude vers le nord et ramenant une masse d’eau océanique froide en direction de l’équateur.

Crédits Pixabay

Levke Caesar explique sur Live Science : « Si le Gulf Stream dépasse ce point de basculement, il continuera à s’affaiblir, même si nous avions réussi au préalable à arrêter le réchauffement planétaire » … « Après cela, il [le Gulf Stream] ralentira beaucoup, allant vers une quasi-interruption de sa circulation ». Une situation qui risque de bouleverser complètement le futur de la planète.

La perturbation du cycle naturel du Gulf Stream aura beaucoup d’impacts

D’un côté, le ralentissement, voire l’arrêt de ce processus impactera largement le climat général de la planète, étant donné que la circulation des masses d’eaux océaniques ne se fera plus, alors que cela régule la température générale de l’océan. L’équilibre de la température ne se fera plus aussi facilement (ni aussi bien) entre la partie sud et la partie nord de la zone atlantique.

Comme effet dérivé, ce dérèglement risque aussi de générer des perturbations dans les manifestations météorologiques, comme les ouragans, les précipitations, les vagues de chaleur, etc. en commençant sur les côtes continentales en contact direct avec la zone où circule le Gulf Stream.

De l’autre côté, la hausse de température due à ce dérèglement accélèrera la fonte des glaces et le niveau de la mer pourrait monter rapidement sur les côtes atlantiques, que ce soit en Amérique du Nord que sur la côté ouest de l’Europe.

À l’horizon 2100, le point de non-retour pourra-t-il être évité ?

Pour étudier l’évolution du Gulf Stream, et étant donné qu’aucune donnée directe n’a été enregistrée sur ce sujet sur ces deux dernières décennies, l’équipe de chercheurs s’est servi des données indirectes provenant de onze domaines plus ou moins liés.

Allant de la dendrométrie à l’étude du lit de limons de l’Atlantique, en passant par les populations de coraux marins, etc. ces données ont permis d’en savoir plus à propos du Gulf Stream et de son évolution sur environ 1 600 ans. Selon les chercheurs, on n’a pas vu pire situation que sur ces deux dernières décennies en 1600 ans. Pour information, la première occurrence d’une dégradation du système a eu lieu vers 1850, et la seconde (plus alarmante) a eu lieu un siècle plus tard.

Pour que la situation n’empire pas, les chercheurs préconisent de freiner le processus de réchauffement climatique dû aux actions humaines. Et ce, dans les plus brefs délais, car à ce rythme, à l’horizon 2100, le Gulf Stream ne pourra plus reprendre son cycle initial même si l’on parvenait à stopper le réchauffement climatique.