Le Japon n’a pas réussi à lancer une fusée financée par crowdfunding

La fusée-sonde japonaise appartenant à Interstellar Technologies n’a pas réussi à atteindre l’espace. Son lancement a eu lieu le 13 juin 2020, à 16h15, à l’heure locale. Elle a décollé d’une plateforme située à Taiki Town, Hokkaido.

Une anomalie a obligé le centre d’émettre un ordre d’abandon et le propulseur s’est écrasé à 4 km au large de l’océan Pacifique.

La Terre vue de l'espace

Crédits Pixabay

La Momo-F5 a vu le jour grâce à un système de financement participatif. La société Interstellar Technologies a utilisé le site de crowdfunding Campfire pour obtenir les 391 000 dollars qui ont servi à sa réalisation. Le groupe a néanmoins tenu à remercier les bailleurs de fonds pour leur soutien.

Notons que ces personnes n’ont pas pu assister au lancement à cause de la pandémie de Coronavirus.

L’altitude maximale a été de 11,5 km. La fusée n’a même pas atteint son objectif de 100 km, la limite de l’espace. C’est le cinquième engin construit par Interstellar Technologies et le seul à avoir échoué.

Rendre l’espace plus accessible

La fusée mesure dix mètres de haut et pèse environ une tonne. L’appareil a subi une défaillance, en plein vol, et a fait tomber quelques débris de la tuyère du moteur. Une vidéo du lancement montre ces anomalies sous forme d’un bref éclair. Les représentants de la société ont déclaré avoir mis fin au lancement à 70 secondes seulement après le décollage.

Malgré cet échec, Interstellar Technologies est actuellement en train de développer une autre fusée orbitale appelée Zero. Le montant collecté par crowdfunding a largement dépassé la demande, car le projet semble très apprécié. La société est obligée de se surpasser, puisqu’elle a l’ambition de rendre l’espace plus accessible.

En seulement une semaine, trois fusées privées ont été lancées avec Momo-F5. Parmi ces engins, il y aura un booster Électron transportant cinq petits satellites de Rocket Lab et le Falcon 9 de SpaceX.

À lire aussi : Alan Shepard, le premier Américain à avoir été dans l’espace

Pourquoi le financement participatif ?

Notons que le crowdfunding, ou le recours à un financement participatif, a existé bien avant internet. La Statue de la Liberté, le monument offert en 1886 par la France aux États-Unis, constitue un exemple concret des fruits de ce système. Néanmoins, à présent, il constitue un moyen de collecter des fonds à travers une plateforme internet.

D’un côté, le crowdfunding permet à un ensemble de contributeurs de choisir directement les projets de leur choix et de les financer. De l’autre, il permet d’entrer en contact avec des financeurs particuliers qui agissent, dans une démarche philanthropique, pour venir en aide ou tirer du profit.

En général, ce type de financement est utilisé en complément à des emprunts bancaires ou des microcrédits. Toutefois, c’est également un moyen de constituer une communauté qui aimerait soutenir un projet attrayant.

À lire aussi : Tom Cruise va aller dans l’espace grâce à Elon Musk

Mots-clés espacejapon