Le Japon va envoyer un “Transformer” sur la Lune

Le Japon prépare une mission d’exploration de la surface lunaire pour 2022. Celle-ci s’appuiera sur un rover capable de prendre différentes formes.

L’entreprise japonaise ispace se spécialise dans le développement de technologies robotiques pour l’exploration lunaire. Elle est ainsi en train de concevoir pour l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA) un rover lunaire au design particulier. En plus de sa taille comparable à celle d’une balle de baseball, celui-ci intrigue pour son aspect modulaire. L’engin est effectivement capable de prendre différentes formes pour faciliter ses déplacements. La capacité à changer de forme aidera également à la collecte de données ou la prise de photos.

Crédits Pixabay

Cette fonctionnalité évoque beaucoup les Transformers – les célèbres organismes robotiques extraterrestres autonomes créés par les fabricants de jouets TOMY et Hasbro. Ceux-ci peuvent effectivement prendre l’apparence de différents appareils, notamment d’une voiture, d’un avion de chasse, et ainsi de suite.

Très peu d’informations sur le Transformer d’ispace

La balle robotique japonaise aura ainsi pour mission de prendre des photos et d’analyser la poussière lunaire. Cette dernière est connue pour être une substance corrosive à la fois toxique pour l’homme et les machines. L’expédition vers la lune est prévue pour 2022 et se fera avec l’atterrisseur HAKUTO-R d’ispace. À noter que le rover est encore en développement. Malheureusement, peu d’informations ont encore filtré à son sujet.

Le communiqué et les photos publiés par la JAXA fournissent toutefois quelques indices. L’appareil d’ispace devrait présenter une conception sphérique avec un diamètre de 80 mm. Il peut s’ouvrir et faire apparaître deux roues pour ses déplacements. L’Agence spatiale japonaise décrit également « un robot ultra-compact et ultraléger qui peut traverser le pénible environnement lunaire ».

La taille réduite n’est pas anodine. En effet, comme indiqué plus haut, le robot est à peine plus grand qu’une balle de baseball pour un poids d’environ 250 grammes. Cela contribuera à réduire le volume pendant le transport vers la Lune. Cette dimension compacte devrait également « jouer un rôle actif dans les futures missions d’exploration lunaire » selon la JAXA. À noter que le fabricant de jouets TOMY a contribué à la conception de la balle robotique avec sa technologie de miniaturisation.

Pour rejoindre l’ancienne Union soviétique, les États-Unis et la Chine

Le Japon rejoindra un club assez fermé si la mission avec sa balle robotique réussit. En cas de succès, le pays du soleil levant entrera effectivement dans le cercle des nations parvenues à faire poser un engin spatial sur la Lune. L’ancienne Union soviétique, les États-Unis et la Chine font partie de ce club restreint.

Par ailleurs, pour ispace, la mission japonaise sera la deuxième sur le satellite naturel de la Terre en 2022. La start-up nippone enverra également un rover du nom de Rashid pour les Émirats arabes unis l’année prochaine. L’engin pèsera environ 10 kg et aura une tout autre mission.

Mots-clés lune