Le jeu The Sinking City revient sur les plateformes de ventes numériques après 5 mois d’absence

Nouveau rebondissement dans l’affaire opposant le studio de développement ukrainien Frogwares à l’éditeur français NACON : toujours opposés dans un litige quant aux droits de publication et de propriété intellectuelle du jeu The Sinking City retiré des canaux de ventes numériques le 25 août 2020, une décision de justice de la Cour d’appel de Paris vient d’amener au retour du titre le 5 janvier dernier. Une bonne nouvelle pour tous ceux désireux de faire l’expérience du jeu d’investigation en monde ouvert très ancré dans la mythologie Lovecraftienne. Mais ce retour difficile n’est pas le fruit du hasard, mais plutôt d’un long conflit entre pratiques dichotomiques au sein de l’industrie du jeu vidéo.

Pour rappel des faits, Frogwares s’était lié avec NACON pour publier le jeu sur PlayStation 4, Xbox One et Windows via Steam et l’Epic Games Stores – mais pas en qualité d’éditeur à part entière selon les propos du patron du studio Waël Amr. Un conflit entre les deux entités a ainsi mené au retrait du jeu des plateformes de vente numériques – jusqu’à sa réapparition aujourd’hui sur le Microsoft Store…

Frogwares

Comme expliqué dans une interview donnée pour Planête Aventure en février 2020, les équipes de Frogares ont toujours été les uniques propriétaires de [leurs] jeux et les seuls à en assurer les risques financiers” – une position bien distincte de la relation habituelle entre développeur et éditeur dans le domaine vidéoludique. Cette particularité avait déjà causé quelques troubles par le passé pour le studio ukrainien avec son ancien partenaire de distribution français Focus Home Interactive : un conflit qui avait eu pour conséquence le retrait temporaire à l’automne 2019 des plateformes de ventes numériques de certains jeux de son catalogue, notamment les épisodes de leur franchise phare Sherlock Holmes.

Pour son prochain gros projet The Sinking City annoncé officiellement en mars 2016, Frogwares est resté sur la même position quant à ses canaux de vente, s’alliant cette fois-ci avec l’éditeur NACON, aujourd’hui intégré au sein de BigBen Interactive, en tant que nouveau partenaire de financement de développement du jeu et de distribution. Mais cette collaboration ne s’est pas déroulée comme prévu : dans un long post de blog publié peu après le retrait du jeu le 25 août 2020, Sergey Oganesyan – chef marketing du studio – a accusé Nacon de différentes “violations de contrats” et autres mauvais pratiques de la part de NACON/BBI.

Ainsi, NACON aurait manqué à ses “obligations financières” lors du développement du jeu, avec des retards de paiement s’accumulant sur plusieurs “centaines” de jours résultant en une “pression continuelle” pour les équipes du studio. BBI aurait également réclamé le code source de The Sinking City peu après avoir fait l’acquisition d’un “studio rival travaillant également sur un autre jeu inspiré de l’univers Lovecraftien” – sans nul doute le studio parisien Cyanide et son titre Call of Ctulhu sorti en 2019 – tant bien même l’éditeur n’est que gérant de la distribution du jeu. Le studio aurait refusé d’obtempérer à cette demande, résultant en une suspension des contributions financières pour une période “supérieure à quatre mois“.

Une sortie parsemée d’embûches

The Sinking City est finalement arrivé sur PS4, Xbox One et Steam le 27 juin 2019 – mais le conflit entre Frogwares et NACON n’en était toujours pas arrivé à sa fin. La période post-launch a soulevé de nouveaux points de contentions : l’éditeur français aurait “suggéré” être seul détenteur de la propriété intellectuelle du jeu sur son site officiel et sur “certaines copies physiques du jeu“, en complète opposition avec les pratiques habituelles de Frogwares. NACON est également accusé de nombreux retards et non-paiement de royalties au studio s’élevant autour de la somme d’un million d’euros… Autant de raison ayant mené Frogwares à mettre fin au contrat de partenariat et à promptement retirer le jeu des majeures plateformes de vente, à quelques exceptions près comme Origin et le Nintendo eShop.

A la différence de ses homologues sur autres consoles de salon, la version Nintendo Switch du jeu est ainsi toujours restée disponible à l’achat depuis sa mise en vente sur l’eShop le 19 septembre 2019 – le studio Frogwares s’est occupé lui-même de la distribution du jeu sur cette plateforme, sans passer par d’autres intermédiaires, la laissant bien distante de l’imbroglio juridique avec BigBen Interactive.

Le litige opposant Frogwares à NACON/BBI est actuellement toujours en cours au sein de la justice française – mais une première décision a été rendue le 28 octobre 2020 par la Cour d’appel de Paris rendu public dans un communiqué de presse publié le 5 janvier dernier :

La Cour a jugé que Frogwares avait résilié le contrat de manière « manifestement illicite » et, en conséquence, ordonne à titre « conservatoire, la poursuite du contrat (…) jusqu’à son terme ou jusqu’à ce qu’une décision intervienne sur la rupture de ce contrat et ordonne à la société Frogwares Ireland de s’abstenir de tout agissement sur la rupture de ce contrat et ordonne à la société Frogwares Ireland de s’abstenir de tout agissement faisant obstacle à cette poursuite(…) »

Ainsi, NACON annonce poursuivre “son action dans la défense de ses droits en demandant aux plateformes et sites de remettre en ligne le jeu The Sinking City pour que personne ne soit tenu en otage de cette situation” ; sans pour autant régler le différend l’opposant au studio Frogwares. The Sinking City est ainsi de nouveau disponible sur le Microsoft Store de la Xbox, et devrait bientôt retourner sur le PSN Store et Steam. Le studio ukrainien n’a toujours pas communiqué quant à cette décision de justice.