Le jeu vidéo de demain 100% dématérialisé ? C’est ce que pense un studio de développement

La crise du Covid-19 a mis en lumière un domaine très peu impacté économiquement : le jeu vidéo. Bien évidemment, des pénuries ont eu lieu, comme celle de la Nintendo Switch qui a provoqué de grands rassemblements en Corée du Sud. Mais globalement, le trafic a augmenté comme la vente de jeux vidéo grâce à Internet. Car désormais, plus besoin de se rendre en boutique physique pour acheter sa prochaine expérience vidéoludique. Le dématérialisé est prisé par les joueurs avec le succès de plates-formes comme le Shop de la Switch, Steam, ou encore le tout récent Epic Games Store.

Et selon David Braben, le PDG de Frontier Developments, le dématérialisé aurait un grand avenir.

Crédits Pixabay

L’homme prédit une adoption à 100% dans les années à venir.

La disparition du physique ?

Pendant le confinement, deux jeux auront connu un énorme succès malgré l’impossibilité de se déplacer : Animal Crossing New Horizons et Doom Eternal, tous deux commercialisés le 20 mars. Beaucoup de joueurs, au lieu de commander les jeux en physique, seront passés par le dématérialisé. Il faut dire que la communauté achète de moins en moins en boutique – la longue chute de Micromania en est la preuve, avec un marché de l’occasion qui s’écroule (malheureusement)…

Et selon David Braben, cette adoption des jeux numériques devrait se généraliser dans les années à venir. L’homme explique que lui et ses équipes « ont constaté une accélération dans le passage du physique au dématérialisé » avant de poursuivre que « C’est une bonne chose« . Selon l’homme, l’adoption du jeu vidéo numérique devrait arriver dans « deux à trois ans » avant la disparition totale des boîtes. Selon lui, les événements récents accélèrent cette transition.

Pour l’homme, l’industrie doit se réjouir dans son « excellence » car « financièrement, les choses se portent bien. Les ventes sont en hausse et le nombre de joueurs dans nos jeux est en hausse. Il y a ce côté vraiment positif« . Une déclaration qui va à l’encontre de celle donnée par Phil Spencer, CEO de la division XBox, lors du confinement. L’homme expliquait que Microsoft ne voulait pas tirer de bénéfices du Covid-19.