Le jour où la Terre s’arrêta

Kaenu Reeves est un type plein de surprises. Non, sans rire, déjà c’est un as du karaté, il joue super bien au hockey sur glace, il est un brin psychopathe et, bientôt, il sera même un extra-terrestre. Forcément, avec un CV comme le sien, on gagne tout plein de brouzoufs et c’est comme ça qu’on le retrouve dans Le jour où la Terre s’arrêta, prévu pour le 10 décembre de cette année…



Pour tous les incultes (dont je fais partie), Le jour où la Terre s’arrêta est un remake du film homonyme sorti dans les années 50 et réalisé par Robert Wise. Côté scénario, et bien tout commence le jour où une grosse soucoupe volante apparaît dans le ciel. Après avoir été envoyé sur place, Jack Bauer constate qu’il ne s’agit pas d’un projet ultra secret de l’armée mais bel et bien de la preuve incontestable de l’existence d’une espèce évoluée différente de la notre.

Cette foutue soucoupe fait donc le tour du monde histoire de se la raconter (genre « notre technologie à nous elle est trop mieux que la votre ») et finit par s’écraser d’une manière très pathétique dans un parc de Washington. Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que si le film avait été réalisé par un espagnol, elle se serait écrasée en plein Madrid. Bref, l’armée débarque sur place avec George W. Bush et Bill Gates à sa tête lorsqu’un type en descend.

Comme l’être humain est une créature très intelligente, douée de raison et toussa toussa, les militaires commencent par tirer sur ce pauvre gars qui cherchait en réalité l’adresse de la cafétéria la plus proche. Oui, les extra-terrestres ont aussi une vessie… En tout cas je l’espère, parce que sinon on aura vraiment l’air idiots.

Après avoir tiré quelques rafales, les autorités compétentes finissent par comprendre que notre pauvre extra-terrestre venait juste nous faire un petit coucou et se moquer de l’airbus A380. Fissa, ils l’emmènent dans un hôpital histoire de se donner un peu plus de contenance. L’E.T guérira vite et finira par partir sur la Terre et devenir un être humain histoire de voir comment ça se passe.

Bref, je ne vais pas vous raconter toute l’histoire (d’ailleurs, elle est susceptible de changer dans la nouvelle version) mais toujours est-il que ce film a marqué son époque et qu’il du coup possible que son remake soit complètement nul. Oui, en même temps, c’est un peu l’effet Charlie et ses drôles de dames, qui a tendance à terroriser tous les réalisateurs aspirant à faire carrière à Hollywood.

Via GuiM

Mots-clés filmsfteaservidéo