[IFA 2018] Le Kirin 980 annoncé, avec de nouvelles fonctions orientées IA

Richard Yu vient de monter sur scène pour faire toute la lumière sur le Kirin 980, la nouvelle puce haut de gamme de HiSilicon, la filiale de Huawei spécialisée dans les semi-conducteurs. Sans surprise, cette dernière met l’accent sur l’intelligence artificielle.

Le Kirin 980 est donc une des premières puces gravées en 7 nm, une puce gravée selon le processus de TSMC.

Durant la conférence, Richard Yu s’est laissé aller à donner quelques chiffres et ces derniers sont franchement impressionnants.

Le Kirin 980 officiellement dévoilé

En effet, ce nouveau SoC se compose de près de 6,9 milliards de transistors, des transistors tous calés sur une surface finalement très réduite.

Sans surprise, la partie CPU du Kirin 980 repose sur des noyaux ARM et plus précisément sur quatre Cortex-A76 et quatre Cortex-A55. Les premiers serviront aux calculs gourmands, les seconds aux fonctions de base.

Contrairement à la plupart des puces présentes sur le marché, tous les coeurs sont intégrés au même cluster. Le passage de l’un à l’autre se fera donc par le biais de la technologie DynamIQ.

Comme ARM le précise sur son site, cette technologie est une nouvelle manière de gérer le multicore et elle repose sur un design à cluster unique. Cette architecture offre de nombreux avantages et elle permet notamment de traiter un volume plus important de données dans la partie CPU.

D’après le fondeur, le DynamIQ a également un impact positif sur tous les calculs liés à l’apprentissage automatique et à l’intelligence artificielle.

Un NPU encore plus efficace

On comprend donc ce qui a poussé HiSilicon à se tourner vers cette technologie. Huawei a beaucoup capitalisé sur l’IA ces dernières années et cette nouvelle puce permettra au constructeur d’aller encore plus loin.

Le Kirin 980 a cependant d’autres avantages. Selon Huawei, cette puce offrira des performances 75 % supérieures à celles de la génération précédente avec une consommation énergétique réduite de 58 %.

Le GPU repose pour sa part sur un Mali-G76 MP10 cadencé à 720 MHz. Une fois encore, cette puce affiche des performances revues à la hausse. L’entreprise parle d’un gain de 46 % en puissance de calcul et de 178 % en consommation d’énergie par rapport au GPU du Kirin 970.

Le plus intéressant reste cependant à venir. Le SoC est également doté d’un double NPU afin d’améliorer les calculs liés à l’IA. Le Kirin 980 devrait donc permettre au constructeur de proposer des fonctions plus poussées de ce côté-là. En outre, la puce offre une compatibilité avec de nombreux réseaux neuronaux différents comme Tensorflow ou encore Caffee.

Côté connectivité, Huawei a opté pour un modem 4G de catégorie 21 et il sera en mesure d’atteindre un débit descendant de 1,4 Gbps. Pas de 5G en vue en revanche et il faut avouer que c’est un peu dommage.

Sans surprise, le Huawei Mate 20 et le Huawei Mate 20 Pro seront les premiers appareils équipés de cette puce et ils seront tous les deux présentés le 16 octobre.