Le lait maternel peut aider bébé à distinguer le jour de la nuit

Dès ses premiers jours de vie, bébé a besoin de se nourrir au lait maternel. Plus qu’une simple alimentation, le lait contribue fortement au bon développement du nourrisson.

Mais ce n’est pas tout, car une analyse des composantes du lait maternel a permis de trouver des éléments qui aideraient bébé à adapter son rythme de sommeil en fonction du jour et de la nuit.

Bébé

Crédits Pixabay

La biologie circadienne (le rythme biologique s’étendant sur une durée de 24 heures) du nourrisson serait réglée en fonction du lait qu’il boit durant une journée. Selon les chercheurs, cette chrononutrition aiderait entre autres bébé à distinguer le jour et la nuit.

Cette hypothèse est pourtant mise en déroute face à l’utilisation des tire-lait et de la réfrigération. Il est fort probable en effet que le lait produit ne soit pas bu au bon moment. Ce qui pourrait dérégler le chronomètre interne du bébé.

Le lait maternel est-il un chronométreur ?

Avec l’aide du professeur Laura Glynn, de la nutritionniste Caroline Steele ainsi que du docteur Caroline Bixby, des psychologues ont mené des études sur la biologie de la parentalité. Si le sens du jour et de la nuit se développe dès les premiers jours de vie de bébé grâce à la distinction de la lumière et des ténèbres, les apports fournis par le lait maternel le rendent plus effectif.

D’après ces spécialistes, la composition du lait maternel change tout au long de la journée. Les bébés qui se nourrissent directement au sein profitent donc des éléments dont ils ont besoin au bon moment. Leur rythme circadien suit ainsi un cycle normal.

A contrario, certains bébés ont plus de mal à dissocier le jour et la nuit et voient leurs rythmes biologiques s’inverser.

La composition du lait varie en fonction de l’heure

Une analyse effectuée par des échantillonnages de lait maternel a révélé des différences au niveau des composantes du lait à chaque heure de la journée. Il s’avère que le lait du matin est trois fois plus riche en cortisol comparé au lait du soir. Or c’est cette hormone qui active la vigilance dans le métabolisme du nourrisson.

Dans le lait tiré en soirée, les chercheurs constatent en revanche une forte concentration de mélatonine. Cet élément est le déclencheur du sommeil et il favorise aussi la digestion. Cela pourrait ainsi expliquer le rôle de chronométreur du lait dans la biologie circadienne du bébé. À part cela, de nombreux autres éléments qui favorisent l’activité sont plus présents dans le lait du jour. Le lait de nuit quant à lui, contient des éléments qui permettent au nourrisson d’avoir un sommeil sain.

Au vu de ces différentes composantes du lait, les scientifiques se penchant ainsi sur les conséquences que peut engendrer l’ingurgitation du lait mal chronométré par un bébé. De nombreuses solutions telles que des congés parentaux ou encore l’étiquetage des biberons à donner aux nourrissons sont ainsi avancées.