Le lancement du dernier satellite Beidou a finalement eu lieu

La Chine a finalisé le réseau de satellites de son système de navigation Beidou, ce mardi 23 juin, avec le lancement du dernier satellite BDS-3. Un lancement qui marque l’achèvement d’un projet sur le feu depuis une dizaine d’années.

Ainsi, malgré un retard d’une semaine en raison des soucis techniques au niveau de la fusée qui devait le mettre en orbite, le satellite y a été finalement placé par une fusée Longue Marche 3B.

Un satellite flottant dans l'orbite terrestre

Photo de la NASA – Unsplash

Un lancement qui a fait l’objet d’un écart de la part des Chinois, d’un point de vue médiatique, car le lancement a été diffusé en direct à la télévision et en ligne. D’habitude, les Chinois ne confirment un lancement qu’une fois le déploiement exécuté avec succès. Cette fois-ci, on a eu droit à une diffusion en direct avec une traduction en anglais sur la chaîne publique CCTV.

L’histoire du projet Beidou

Malgré les conditions météorologiques qui ont tendance à changer rapidement dans la province sud-ouest du Sichuan, le décollage a donc finalement eu lieu à 01 H 43 GMT, depuis la base de Xichang, ce mardi.

Avec ce lancement, le réseau BDS-3 est maintenant finalisé avec 30 satellites de troisième génération disposant d’une capacité de communication plus élevée et des horloges atomiques plus précises, pour la qualité des données de navigation.

Pour information, le projet Beidou est né suite à une proposition de Chen Fangyun, personnage central dans le développement de systèmes de télémétrie, de suivi et de commande des satellites et des missiles chinois.

Il voulait alors développer un système de navigation, capable de concurrencer le système américain GPS, en utilisant deux satellites géostationnaires. Le programme fut lancé dans les années 90, mais le premier satellite de ce réseau a été lancé en octobre 2000.

Pas mal d’acteurs sur le marché de la navigation satellite

Quant au réseau BDS-3, il est opérationnel depuis 2018. Et avec sa récente finalisation, la Chine espère prendre de l’avance sur les États-Unis, qui prévoient de mettre à jour le système GPS fin juin. Une mise en niveau du système de navigation retardée par la pandémie de coronavirus. Le projet GPS devrait prendre fin d’ici 2023.

Deux autres systèmes de navigation mondiaux se positionnent en tant que concurrents de Beidou et du GPS au niveau mondial.

D’un côté, il y a le système de navigation Glonass-M de la Russie, sur lequel elle a apporté des améliorations au mois de mars dernier. Ce réseau a par ailleurs pour but de faciliter les opérations militaires russes.

Du côté européen, il y a le système Galileo qui est opérationnel depuis 2016. D’après les prévisions de l’Agence spatiale européenne, le lancement des derniers satellites se fera fin 2020.

Mots-clés beidou