Le lien entre les dinosaures et la crème solaire

Aux premiers abords, vous devez surement être dubitatifs quant à l’existence quelconque d’un lien direct ou indirect entre les dinosaures, les humains et la crème solaire. Une nouvelle étude publiée le 11 octobre 2018 dans la revue Current Biology révèle cette relation pour le moins étrange.

Selon cette recherche, le fait que les êtres humains aient tant besoin de se couvrir de crème solaire trouve son origine dans les Phreatichthys andruzzi ou les cavernicoles aveugles somalien ou poissons cavernes aveugles.

Cette espèce animale a perdu la fonction de réparation de l’ADN qui protège des effets néfastes du soleil. Malgré le fait que cette fonction soit présente chez de nombreux organismes tels que les plantes, certains animaux, champignons et même les bactéries, elle a disparu chez cette espèce troglodyte en raison du fait qu’elle a vécue et évoluée dans l’obscurité la plus totale durant des millions d’années.

Cette fonction de réparation de l’ADN par photoréactivation puise dans la lumière du soleil pour réparer les dommages causés par les rayons ultraviolets sur l’ADN.

Une perte causée par une vie vécue dans l’obscurité

La réparation de l’ADN par photoréactivation permet, par exemple, aux plantes de rester sous le soleil toute la journée sans craindre une dégradation de l’ADN. Ce qui n’est pas le cas pour les humains étant donné qu’un bain de soleil accroît les risques de développer un cancer de la peau.

L’aspect intriguant de cette recherche est qu’elle consolide la théorie du « goulot d’étranglement nocturne. » Cette théorie suppose que les ancêtres des mammifères modernes vivaient sous terre ou ne sortaient que la nuit pour éviter de se faire dévorer par les dinosaures.

Une fonction de l’ADN absente chez l’être humain

Comme le poisson caverne aveugle, ces premiers mammifères ont évolué dans l’obscurité totale durant une longue période, entraînant la disparition progressive de la fonction de réparation de l’ADN par photoréactivation.

De même, ces mammifères « engorgés » auraient donné naissance aux mammifères placentaires modernes qui, jusqu’à maintenant, n’ont toujours pas retrouvé cette capacité génétique. C’est pourquoi les humains doivent s’appliquer de la crème solaire sur le corps pour se protéger des UV.

Selon les chercheurs, ce phénomène est dû au processus évolutif de la « sélection reposée. » En d’autres termes, lorsque la survie d’une espèce ne dépend plus d’un trait particulier, celui-ci disparaît.