Le manque de sommeil affecte plus d’un tiers des employés américains

Le manque de sommeil reste un problème non résolu aux États-Unis. Fin septembre 2019, une nouvelle étude publiée dans le Journal of Community Health par les chercheurs de la Ball State University a en effet dévoilé une augmentation du nombre de travailleurs américains qui souffrent de manque de sommeil.

Les personnes âgées ne sont pas les seules à rencontrer ce problème, car la privation de sommeil s’est beaucoup généralisée au cours de ces neuf dernières années.

Crédits Unsplash

Pour ce qui est des travailleurs américains, les chercheurs ont démontré les facteurs qui entraînent la privation de sommeil ainsi que les catégories d’employés les plus touchées. Le but est d’alerter le gouvernement et les employeurs sur la situation.

Les travailleurs américains dorment de moins en moins

Basée sur une enquête effectuée par les services de recensement aux États-Unis en 2010, l’étude menée par Jagdish Khubchandani, chercheur en santé publique et épidémiologiste à la Ball State University, indique que 30,5 % des sondés dormaient moins de 7 heures par nuit en moyenne. En 2018, ce pourcentage a connu une hausse de 5 %.

Cette baisse des temps de sommeil est principalement liée à une augmentation des heures de travail. Elle est également causée par les nouvelles technologies, réseaux sociaux et autres qui tiennent de nombreux Américains éveillés la nuit, alors qu’ils devraient déjà dormir.

Résultat : ce problème de sommeil altère les capacités physiques et intellectuelles des travailleurs. Les effets néfastes de la privation de sommeil sur l’état de santé des employés sont également à l’origine de l’augmentation du coût des soins de santé.

Les employés qui subissent plus de pression sont les plus touchés

Certains employés souffrent davantage de la privation de sommeil que d’autres. En 2018, cette tendance a touché la moitié des travailleurs chargés d’assurer la sécurité, tels que les membres des forces de police et de l’armée. Le problème s’est aussi particulièrement manifesté chez les professionnels de la santé (45 %) et les chauffeurs routiers (41 %).

À travers cette étude,  les chercheurs de la Ball State University ont tenu à tirer la sonnette d’alarme sur les conséquences du manque de sommeil chez les salariés américains. Reste à voir si les autorités publiques et les employeurs vont prendre les mesures adéquates pour réduire les heures de travail, et accorder plus de temps de repos aux travailleurs.

Mots-clés santé