Le Maroc va construire la plus grande usine solaire de dessalement au monde

Le Maroc passe à la vitesse supérieure en ce qui concerne la production d’eau potable. Les dirigeants du pays viennent de signer un contrat avec Abengoa, une entreprise espagnole spécialisée dans le domaine de l’énergie. L’accord prévoit la construction d’une immense usine de dessalement d’eau de mer sur le territoire marocain. Le bâtiment présentera la particularité de fonctionner entièrement à l’énergie solaire.

L’usine devrait être capable de produire 450 000 mètres cubes d’eau par jour. Cependant, au début, elle commencera par une production d’environ 275 000 mètres cubes par jour. Il est prévu que 150 000 m3 seront destinés à la consommation alimentaire et 125 000 m3 à l’irrigation des champs d’Agadir qui s’étendent sur une surface de près de six cents hectares.

OceanCleanup

Le développement et la construction de l’usine seront pris en charge par Abengoa. L’accord prévoit également que l’entreprise s’occupe de la maintenance pendant au moins vingt-sept ans.

La plus grande unité de dessalement au monde

Il est prévu que cette future usine de dessalement d’eau de mer au Maroc soit la plus grande au monde qui fonctionne à l’énergie solaire.

À ce propos, les dirigeants marocains ont annoncé que c’est la centrale solaire de Noor Ouarzazate qui sera chargée d’alimenter l’usine toute entière. L’initiative a été saluée par les défenseurs de l’environnement.

Pour dessaler l’eau de mer, l’usine d’Abengoa va s’appuyer sur le processus de l’osmose inversée. La technique consiste à utiliser de puissantes pompes haute pression pour filtrer l’eau de mer et ne laisser passer que les molécules d’eau.

Une solution innovante, mais encore trop chère ?

La construction de telles usines se présente comme la solution idéale pour combattre la pénurie d’eau dont souffrent plusieurs pays africains, notamment ceux de l’Afrique subsaharienne. Dans le cas du Maroc par exemple, la future usine devrait pouvoir couvrir les besoins de plus de soixante-dix mille habitants, en fournissant environ 3,8 mètres cubes d’eau par jour et par personne.

Un problème de taille pourrait cependant freiner l’utilisation à l’échelle mondiale de cette technologie. Il s’agit du coût de l’installation, et par extension du prix de l’eau potable produite. Si cette dernière est vendue trop « chère », il faudra s’attendre à ce que les familles à faible revenu ne puissent pas s’en procurer.