Le MIT a une nouvelle idée pour mélanger humains et robots

Lorsqu’on pense aux robots, dans la plupart des cas, on pense aux robots humanoïdes du futur qui peuvent causer la fin de l’humanité. Mais détrompons-nous car la robotique peut également être utilisée pour aider les humains à se rétablir de blessures physiques. C’est en tout cas ce que prévoit d’étudier le tout nouveau centre de recherche du MIT.

Le centre nouvellement établi va travailler sur la fusion du corps humain avec les technologies avancées comme les exosquelettes robotisés et les interfaces cerveau-ordinateur. Selon les informations, le but final est de développer des systèmes qui permettront de rétablir certaines fonctions chez les personnes ayant des handicaps physiques ou neurologiques.

Une illustration représentant un cerveau biologique et robotique
Image par Bruno DE LIMA de Pixabay

Le nouveau centre du MIT s’appelle le K. Lisa Yang Center for Bionics et a pu voir le jour grâce à un don de 24 millions de dollars de la part de la philanthrope Lisa Yang.

A lire aussi : L’ISS va ressusciter CIMON, son robot intelligent

Un bon début

Apparemment, cette somme de départ est loin d’être suffisante pour pouvoir atteindre le but final qui est de réparer les dégâts neurologiques et remplacer les membres amputés. Toutefois, il s’agit déjà d’un bon début qui réunit plusieurs spécialistes du MIT pour réaliser un objectif commun.

L’on sait que le nouveau centre de recherche sera sous la direction du professeur Hugh Herr du MIT Media Lab. Herr est lui-même un double amputé et est actuellement connu comme un leader dans le domaine des prothèses robotisées. Lors de l’annonce de la création du nouveau centre, Herr a déclaré que cette initiative était une étape importante vers l’élimination des handicaps physiques.

Le professeur a expliqué que le monde avait profondément besoin de se libérer des handicaps imposés par les technologies qui n’existent pas encore ou qui ne fonctionnent pas. Selon lui, nous devons continuellement nous battre pour un avenir où les handicaps ne sont plus une expérience commune de la vie.

« Je suis très content que le Yang Center for Bionics puisse aider à améliorer sensiblement l’expérience humaine pour beaucoup de personnes », a-t-il indiqué.

Les objectifs du nouveau centre

Les scientifiques du MIT travaillant avec le nouveau centre auront trois objectifs principaux, comme on a pu l’entendre au cours de l’annonce. Premièrement, il s’agira de développer ce qu’ils appellent un « système nerveux digital », c’est-à-dire des outils pour contourner les blessures de la moelle épinière. Ces outils fonctionneront en stimulant les muscles qui ont été séparés du système nerveux central.

Deuxièmement, le centre a pour objectif d’améliorer la technologie des exosquelettes pour que les personnes avec des muscles affaiblis puissent se déplacer naturellement.

Finalement, les chercheurs ont aussi comme but de développer des membres bioniques qui pourront restaurer totalement le sens du toucher.