Le MIT n’a pas l’air de croire au projet Neuralink

Il y a quelques semaines, Elon Musk a surpris tout le monde en annonçant que la technologie Neuralink allait être officiellement présentée lors d’une démonstration en direct. Comme promis, la nuit du vendredi 28 au samedi 29 août, la démo a été retransmise en live sur YouTube.

À l’origine, Neuralink a été annoncé comme un réseau de « minuscules électrodes reliées à un appareil situé sur le crâne ». Mais c’est finalement sous la forme d’un minuscule implant neuronal de 8 mm que les spectateurs ont découvert la version finale de la technologie. Baptisée « The Link », la micro-puce avait alors été implantée dans le crâne d’une truie baptisée Gertrude.

Crédits Pixabay

Si dans la vidéo, tout porte à croire que le projet Neuralink avance bien, les experts du MIT restent encore sceptiques quant à la réelle possibilité de connecter très prochainement cerveau et machine.

Un projet irréalisable… pour l’instant

Dans un article récemment publié sur le site Technologyreview.com, le MIT a expliqué pourquoi ils ne croient pas vraiment au projet Neuralink. Le billet admet que oui, l’idée d’utiliser un implant cérébral pour aider à soigner et guérir les maladies neurologiques est excellente, mais est-ce faisable ?

Les experts du MIT pointent notamment du doigt le fait d’implanter une puce dans le crâne de personnes en parfaite santé. Même si Elon Musk a annoncé la mise au point d’un robot spécialement conçu pour cet effet, ouvrir le crâne de quelqu’un et y insérer une puce reste une opération délicate qui ne doit donc pas être prise à la légère. Le seul cas jusqu’à présent recensé (un chercheur qui a essayé de faire des recherches sur lui-même) s’est soldé par des complications graves.

Attention, le MIT ne dit pas que le projet Neuralink n’est pas irréalisable, juste que ce type de technologie devrait encore être longuement travaillée et peaufinée avant d’être mise en application.

À lire aussi : Elon Musk va bientôt faire une démo de Neuralink

Une technologie encore trop complexe ?

Pour le MIT, la technologie des implants cérébraux reste encore très complexe, malgré les avancées déjà réalisées jusqu’à présent. Shaun Patel, chercheur en neurochirurgie au Massachusetts General Hospital qui étudie les interfaces cerveau-ordinateur, explique que tout « ne dépend pas uniquement de la technologie, mais aussi de la science […] C’est l’exécution de plusieurs facettes. Il n’y a pas de problème unique. Il y a de nombreux problèmes. »

Elon Musk ne compte cependant pas se laisser abattre, et croit vraiment au potentiel de Neuralink. Il a toutefois admis qu’avant d’en arriver à la télépathie « humain-machine », la technologie devrait d’abord faire ses preuves dans le domaine médical pour convaincre les potentiels utilisateurs.

Puis au fur et à mesure, qui sait ? Il sera peut-être possible de réaliser d’incroyables prouesses, comme la possibilité de « télécharger » de nouvelles compétences directement dans le cerveau !

À lire aussi : D’après Elon Musk, Neuralink nous permettra même de streamer de la musique dans le cerveau

Mots-clés neuralink