Le Musée de la Bible de Washington a exposé par mégarde de faux extraits des manuscrits de la Mer Morte

Si vous avez déjà visité le Musée de la Bible de Washington, aux États-Unis, alors vous avez déjà dû admirer son impressionnante collection des manuscrits de la Mer Morte. Eh bien, figurez-vous que certains des fragments sont en fait des faux et que le musée ne le savait même pas.

Ce sont des spécialistes allemands de l’Institut fédéral de recherche et de contrôle des matériaux (BAM) qui ont découvert que cinq des parchemins de la collection présentaient « des caractéristiques incompatibles avec l’origine ancienne. »

La terrible nouvelle a été annoncée le 22 octobre 2018. Les responsables ont également informé le public que les faux fragments étaient désormais retirés des expositions.

Que sait-on de ces fameux manuscrits ?

Pour ceux qui ne le savent pas, les manuscrits de la Mer Morte, également connus sous le nom de « manuscrits de Qumrân, » sont un ensemble de 900 parchemins et de papyrus. Vieux de plus de 2 000 ans, il s’agit principalement de textes religieux rédigés en hébreux, en araméen et en grec. Le lot comprend également le plus vieil Ancien Testament connu.

Les manuscrits ont été découverts  dans les grottes de Qumrân, en Cisjordanie, dans les années 1947 à 1956, mais ce n’est que l’année dernière que certains ont été exposés au Musée de la Bible de Washington qui venait tout juste d’ouvrir ses portes.

En attendant le verdict des experts, les parchemins étaient accompagnés d’une note qui précisait que des recherches sur leur authenticité étaient encore en cours.

Un mal pour un bien

C’est à la demande du Musée de la Bible lui-même que les manuscrits de la Mer Morte ont été soumis aux tests des scientifiques du BAM. N’étant pas vraiment sûrs de leur authenticité, les responsables ont envoyé les fragments en Allemagne il y a de cela quelques mois.

Face aux critiques, Jeffrey Kloha, le conservateur du musée de la Bible, a essayé de présenter le bon côté des choses. « Bien que nous ayons espéré que les tests aboutissent à des résultats différents, c’est une occasion pour apprendre au public l’importance de vérifier l’authenticité de rares fragments bibliques. » a-t-il déclaré dans un communiqué.