Le mystère de la main momifiée du bébé médiéval a été résolu

Il y a environ 13 ans, des archéologues examinant des vestiges d’une fouille dans le sud de la Hongrie ont découvert quelque chose de vraiment étrange. À l’intérieur d’une boîte de rangement oubliée, l’équipe a découvert un ensemble d’ossements humains si minuscules qu’ils auraient pu appartenir à un rat.

Et, avec le squelette il y avait une seule petite main momifiée. Les chercheurs pensent maintenant avoir résolu le mystère de cette main momifiée de bébé.

Main momie

Une momification inhabituelle

Les restes ont été trouvés avec plus de 500 tombes découvertes dans un cimetière à Nyárlőrinc, en Hongrie, toutes remontant aux 12-16èmes siècles. Mais la tombe contenant la main momifiée était différente de toutes les autres. Le bébé dans cette tombe mesurait probablement seulement 28 à 33 centimètres et ne pesait que 0,9 Kg à peu près, ce qui indique qu’il s’agissait d’un enfant mort-né ou prématuré, affirme János Balázs qui a analysé les ossements.

Alors que la décoloration et la « momification quasi-naturelle » inhabituelle suggéraient que le corps était entré en contact avec une sorte de métal, aucun objet de ce genre n’a pourtant été trouvé dans la boîte d’os. Une analyse chimique, cependant, a révélé des niveaux de cuivre extrêmement élevés par rapport à l’environnement et plusieurs centaines de fois supérieurs à la moyenne.

Dans l’étude, publiée dans la revue Archaeological and Anthropological Sciences, les chercheurs disent que “la posture des doigts et la concentration très élevée en Cu autour de la déchirure laissent penser à une pièce de cuivre qui aurait été placée dans la paume droite”.

Où est donc passée la pièce de cuivre ?

En l’absence de pièces de monnaie dans la boîte, l’étrange momification est restée un mystère pendant plus d’une dizaine d’années – jusqu’au jour où les chercheurs ont découvert d’autres boîtes de rangement sur le site, qui se trouvent dans un musée environnant. À l’intérieur de ces boîtes, le Dr Balázs trouva une pièce de cuivre rouillée et un petit pot en céramique dans lequel le corps minuscule était probablement enterré.

L’analyse suggère que le corps était “entouré d’un microenvironnement humide dans le pot”, disent les chercheurs, “où la diffusion progressive du cuivre soluble provenant de la pièce a été facilitée pendant une période plus longue. Et ce cadre relativement isolé n’a pas permis une désintégration complète du petit cadavre.” La pièce remonte à une période entre 1858 et 1862, ce qui indique que le bébé a été enterré longtemps après les restes médiévaux trouvés sur le même site.

Les précieux vestiges sont maintenant exposés au Musée Móra Ferenc de Hongrie.