Le mystère de Rhea enfin élucidé ?

Saturne est connu pour ses nombreuses lunes. La plus célèbre d’entre elles est Titan. On sait que cette dernière a fait l’objet de plusieurs études scientifiques. Cependant, ce n’est pas la seule lune de Saturne qui attire l’attention des chercheurs. Depuis quelque temps, ils sont intrigués par les caractéristiques de Rhéa.

Entre 2005 et 2007, la mission Cassini a survolé cette lune. Au cours de son passage, la sonde a détecté la présence d’un composé mystérieux à la surface de Rhéa. Pendant longtemps, les experts ont tenté de déterminer la nature de ce composé, mais en vain. Au départ, ils ont cru que c’était de l’eau gelée. Cette hypothèse a vite été écartée.

Credits Pixabay

Après des années de recherches infructueuses, on sait peut-être aujourd’hui de quoi il s’agit.

De l’hydrazine sur Rhéa ?

Pour élucider ce mystère, les chercheurs ont utilisé les données collectées par le spectrographe UVIS (Ultraviolet Imaging Spectrograph). Ainsi, ils ont pu analyser la façon dont les rayons du Soleil rebondissent à la surface de Rhéa. La réaction des rayons UV au contact de certaines régions de cette lune leur a donné des indices sur leur composition.

À l’issue de cette expérience, les experts ont conclu que le composé détecté sur Rhéa était soit de l’hydrazine, soit du chlore. Cependant, Amanda Hendrix, du Planetary Science Institute en Californie a réfuté l’hypothèse du chlore. Selon elle, il serait très difficile pour une lune comme Rhéa de produire ce composé.

Un composé qui vient de Titan

Maintenant, les chercheurs veulent savoir d’où vient ce composé. Ils suggèrent qu’il serait le produit d’une réaction chimique qui a lieu à la surface de Rhéa. À en croire une deuxième hypothèse, l’hydrazine pourrait tout simplement provenir de Titan :

« Il est également possible que l’hydrazine puisse être synthétisée dans l’atmosphère de la plus grande lune de Saturne, Titan, et transférée à Rhéa sur des périodes géologiques. »

Cette théorie reste néanmoins à vérifier.

« C’est une explication possible pour le composé qui se trouve sur Rhéa, mais nous avons encore du travail à faire pour savoir pourquoi cela se produit sur d’autres lunes. C’est un indice qui en dit long sur certains des processus qui ont lieu sur le système de Saturne, et probablement ailleurs. »

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Science Advances.

Mots-clés astronomierhea