Le mystère des boules de pierre préhistoriques enfin élucidé ?

À proximité de la plupart des sites archéologiques datant de l’époque des premiers hominidés, les chercheurs ont trouvé d’étranges boules de pierre. Depuis longtemps, la question de l’utilité de ces objets préhistoriques pour les premiers humains constitue une intrigue pour les scientifiques.

Les résultats d’une récente étude, réalisée par une équipe internationale de chercheurs, semblent avoir élucidé une partie du mystère.

Photo de Tim Oun on Unsplash

L’équipe a été menée par l’archéologue Ella Assaf de l’université de Tel-Aviv, en Israël. Les archéologues ont utilisé des techniques et des outils modernes pour analyser une dizaine de ces pierres, trouvées dans la grotte de Qesem. Durant le Paléolithique inférieur, entre 400 000 et 200 000 ans, ce site a été occupé par des hommes primitifs.

Si l’on en croit les résultats de la recherche, les boules de pierre retrouvées dans la grotte ont été utilisées pour casser des os afin d’en extraire la moelle. Les résultats de l’étude ont été publiés dans PLOS One.

Des traces d’usure et de résidus

Les chercheurs ont commencé par analyser vingt-neuf boules de pierre retrouvées dans la grotte. Ensuite, ils en ont retenu dix qui présentaient des traces d’usure et de résidus. Puis, ils les ont examinées à travers la stéréomicroscopie numérique et la microscopie métallographique.

« Les résidus archéologiques ont des caractéristiques morphologiques, un aspect, une couleur et une distribution compatibles avec un os compact et spongieux, un film organique brillant, des fibres de collagène et des matières grasses animales observées sur des boules de pierre expérimentales utilisées dans les activités d’extraction de moelle osseuse », ont-ils écrit dans leur article.

Des hominidés inconnus aux capacités étonnantes

Cette recherche a mis en lumière trois aspects impressionnants du mode de vie de cette communauté primitive. Tout d’abord, elle apporte enfin une explication plausible au mystère des boules de pierre.

En outre, les experts ont constaté que les boules de pierre de Qesem proviennent d’autres sites situés aux alentours. Or, en utilisant des répliques d’os et de pierre pour faire des simulations, ils ont découvert que les modèles semblables aux pierres de la grotte sont largement plus efficaces que les autres quand il s’agit de casser les os. Autrement dit, ces hominidés inconnus semblent avoir su sélectionner, avec tout un savoir, les outils les plus appropriés.

Et, enfin, elle confirme le fait que les habitants de la grotte savaient qu’à l’intérieur des os de leurs gibiers se trouvait une ressource nutritive précieuse. D’ailleurs, une autre étude, publiée l’année dernière, a révélé que la moelle osseuse constituait une partie très importante de leur régime alimentaire. Selon les indices retrouvés par les chercheurs, ils les conservaient même jusqu’à neuf semaines.

Mots-clés anthropologie