Le mystère du Grand Smog de Londres enfin élucidé ?

Londres a été frappé par un grand smog en 1952. Il a recouvert la capitale britannique pendant plusieurs jours avant de disparaître, comme par magie. En tout, environ 12 000 personnes ont perdu la vie. Désirant faire toute la lumière sur le phénomène, une équipe de chercheurs sino-americano-britanniques s’est sérieusement penchée sur la question et elle pense avoir percé le mystère de la brume tueuse.

Tout a commencé le 4 décembre 1952, lorsqu’un puissant anticyclone s’est installé sur la ville de Londres. Le phénomène a effectivement provoqué une inversion des températures et un épais brouillard a commencé à se répandre à travers la ville.

Grand Smog

Des chercheurs pensent avoir élucidé le mystère du Grand Smog qui a frappé Londres en 1952.

Londres étant souvent victime des caprices de la météo, les Londoniens n’ont pas prêté beaucoup d’attention à cette brume.

Londres a passé plusieurs jours sous un épais brouillard

Ils s’attendaient tous à ce qu’elle se dissipe assez vite, mais cela n’a pas été le cas. Pire, le brouillard s’est considérablement épaissi au fil des jours et il a entraîné la paralysie complète de la ville. Face à la situation, la municipalité a effectivement été obligée de suspendre tous les transports publics à l’exception du métro londonien. Même chose pour les ambulances qui sont restées bloquées pendant plusieurs jours.

Mais le Grand Smog ne s’est pas limité aux rues de la ville. Petit à petit, il a fini par se glisser dans les bâtiments et dans les habitations.

Le brouillard s’est retiré quelques jours plus tard, le 5 décembre. Très vite, Londres a commencé à faire face à des décès inexpliqués. Il a fallu plusieurs années pour obtenir un décompte complet, mais les derniers chiffres en date font état de 12 000 décès. Pour ne rien arranger, le brouillard aurait aussi rendu malades 100 000 personnes.

Pendant très longtemps, les scientifiques et les autorités ont pensé que cette vague de décès avait été provoquée par des émissions d’oxyde de charbon dans le ciel londonien, mais les causes réelles de la catastrophe seraient un peu plus compliquées en réalité.

Une réaction chimique à l’origine de la catastrophe

Si l’on en croit les recherches menées par une équipe sino-americano-britannique, alors les dioxydes de soufre et d’azote présents dans l’air durant cet épisode se seraient mêlés à des vapeurs d’eau pour former des particules d’acides sulfuriques et nitriques. Ce sont ensuite ces particules qui auraient provoqué l’intoxication massive des Londoniens.

Pour en arriver à ces conclusions, les membres de l’équipe se sont appuyés sur des données récoltées dans deux villes chinoises très polluées : Xi’an et Pékin.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, je vous recommande de consulter l’étude de ces chercheurs, une étude disponible à cette adresse.