Le mystère du Loch Ness enfin résolu ?

La région des Highlands, en Ecosse, est devenue célèbre à travers le monde grâce au fameux monstre du Loch Ness. Ce monstre, surnommé affectueusement Nessie, fait parler de lui depuis une centaine d’années. De nombreuses personnes affirment l’avoir vu voguer paisiblement sur le Loch Ness, un lac situé dans les Highlands.

Certains pensent qu’il ne s’agit que d’un mythe. D’autres croient qu’il s’agit bel et bien d’un monstre qui vit dans les profondeurs du lac depuis des siècles. En tout cas, ce ne sont pas les théories au sujet de Nessie qui manquent. À en croire les plus populaires d’entre elles, il s’agirait d’un dinosaure, d’un poisson gigantesque, d’un serpent de mer ou même d’un éléphant.

Une photo du Loch Ness
Crédits Pixabay

Récemment, le professeur Henry Bauer a surpris tout le monde en affirmant qu’il avait percé le mystère du Loch Ness.

Le monstre du Loch Ness ne serait qu’une tortue ?

Henry Bauer est aujourd’hui âgé de 89 ans. C’est un ancien professeur de chimie et de science qui travaillait auparavant à la Virginia Polytechnic Institute and State University. Il a longtemps été fasciné par l’histoire du monstre du Loch Ness.

Il s’est donc lancé dans des recherches pour déterminer la véritable nature de cette étrange animale. Selon lui, Nessie serait en fait une espèce de tortue qui n’a pas encore été découverte par les chercheurs. Elle aurait été piégée dans le Loch Ness lorsque les eaux se sont retirées à la fin de l’Age de glace.

A lire aussi : Tiens, le monstre du Loch Ness refait parler de lui

Henry Bauer réfute la théorie du dinosaure

Pour le professeur Henry Bauer, il est impossible que le monstre du Loch Ness soit un dinosaure.

« L’idée la plus populaire est que le monstre du Loch Ness a une relation avec les plésiosaures éteints. Mais cela est difficile à concilier avec la rareté des observations en surface, sans parler des observations occasionnelles sur terre », explique-t-il au micro du Daily Record.

D’après lui, toutes les descriptions du monstre du Loch Ness concordent avec les caractéristiques de certaines espèces de tortues vivantes ou éteintes.

« Elles respirent de l’air, mais peuvent passer de longues périodes sous l’eau. Elles s’aventurent sur la terre ferme et se déplacent rapidement dans l’eau. Elles ont la capacité d’être très actives dans les eaux froides et ont un cou relativement long », souligne-t-il.

A lire aussi : Loch Ness, aucun signe de l’existence de la créature mythique

Alors, que pensez-vous de cette nouvelle théorie qui nous vient du professeur Henry Bauer ?

Mots-clés loch ness