Le mystère du “portail de l’enfer” enfin élucidé ?

L’Enfer est présent dans de nombreuses légendes et ces dernières ne remontent pas toutes à l’ère judéo-chrétienne. Les Grecs, par exemple, associaient les enfers au royaume des morts tenu par Hadès et ils pensaient même qu’il était physiquement possible de les atteindre en passant par un portail souterrain.

Les Romains partageaient les mêmes croyances et leurs écrits évoquaient même l’existence d’une grotte maudite menant tout droit vers ce royaume souterrain, une grotte dans laquelle seuls les morts pouvaient s’aventurer.

Enfers

Toutes les légendes ont une part de vérité et c’est précisément le cas ici.

Les Enfers, entre mythe et réalité

En 2011, des archéologues de l’Université de Salento ont en effet découvert une grotte correspondant aux légendes romaines, une grotte datant de plusieurs millénaires située à Hierapolis et donc dans l’ancienne Phrygie, un territoire correspondant à présent à celui de la Turquie.

Cette grotte apparaît dans plusieurs récits romains et elle était notamment utilisée par les religieux pour sacrifier des taureaux menés à travers la Porte de Pluton, une porte censée menée vers ce fameux monde souterrain.

Des prêtres castrés conduisaient ainsi les animaux en direction de cette fameuse grotte, une grotte de laquelle s’échappaient des vapeurs toxiques. Les habitants de la région et les visiteurs pouvaient s’asseoir sur des bancs disposés dans les environs afin d’assister à la scène.

Ce n’est pas le plus intéressant cependant, car cette grotte a aussi été évoquée dans plusieurs récits grecs et notamment dans un écrit signé de la main de Strabon, un géographe grec né à Amasée vers 64 av. J.-C.

Dans un de ses textes, l’homme parlait en effet d’une grotte remplie d’une vapeur si brumeuse et si dense qu’il était presque impossible de voir le sol, une grotte ou tout animal passant à l’intérieur était frappé par la mort.

Du dioxyde de carbone à l’origine de la légende de la porte de l’enfer

Suite à la redécouverte de cette grotte, plusieurs chercheurs ont tenté de percer ses mystères et c’est notamment le cas de Hardy Pfanz, un volcanologue travaillant pour l’université de Duisburg-Essen en Allemagne. L’homme ne s’est d’ailleurs pas contenté de l’étudier, car il a également développé une théorie pour expliquer le phénomène et l’origine de ces fameuses vapeurs toxiques.

D’après lui, ces vapeurs se composeraient en réalité d’un nuage concentré de dioxyde de carbone provenant d’une fissure située dans les profondeurs de la grotte. Or justement, en menant une expédition sur place, les chercheurs de l’Université de Salento ont découvert dans le fond de la grotte une importante poche de gaz, une poche s’élevant à une quarantaine de centimètres du sol.

En effectuant des relevés sur place, les scientifiques ont découvert que la concentration de dioxyde de carbone pouvait atteindre les 50 % au fond de cette poche, contre 35 % à dix centimètres.

Toutefois, dans certains cas, la concentration peut atteindre les 86 à 91 % et elle serait donc bien suffisante pour tuer des taureaux et même des oiseaux passant à l’intérieur de la grotte.