Le mystérieux fossile de l’Antarctique a enfin été identifié

En 2011, un groupe de chercheurs chiliens travaillant en Antarctique a découvert un étrange fossile en effectuant des fouilles sur place. L’étrange objet mesurait environ 28 centimètres de long pour 18 centimètres de large et il faisait un peu penser à une pomme de terre laissée trop longtemps au four.

Ils ont bien entendu tenté de l’identifier, sans succès. Faute de mieux, ils ont donc rapporté leur trouvaille au Chili et ils l’ont ensuite confié aux soins d’un musée local, où il est resté pendant pas mal d’années.

Une photo des iceberg de l'Antarctique

Photo de Derek Oyen – Unsplash

En 2018, l’affaire a cependant connu un nouveau rebondissement lorsqu’un paléontologue a suggéré que le mystérieux objet était peut-être un oeuf.

Un mystérieux fossile retrouvé en Antarctique

Par la suite, l’idée a fait son chemin et Lucas Legendre, un chercheur post doctoral affecté à l’université du Texas à Austin, a donc mené l’enquête afin de vérifier la thèse de son confrère.

Le chercheur, aidé de son équipe, a donc mené une analyse des différentes sections composant le fossile. Ce qui lui a ensuite permis de mettre au jour ce qu’il présente lui-même comme “une structure en couches semblables à une membrane molle et une couche externe dure beaucoup plus mince”.

Toujours d’après le chercheur, la présence de ces deux couches laisse penser que l’oeuf était en réalité à coque molle.

Mais en science, on ne peut pas se contenter d’une impression. Lucas Legendre et son équipe ont donc mené des analyses chimiques complémentaires afin de vérifier leur assertion et ces dernières ont montré que la coquille d’oeuf était distincte des sédiments l’entourant et qu’elle était à l’origine un tissu vivant.

Comme le chercheur l’explique lui-même, il ne s’attendait pas à une telle découverte, notamment dans la mesure où les oeufs à coque molle ne se conservent pas très bien en temps normal. Mais plus important, cette découverte remettent également en question ce que la communauté scientifique pensait savoir de ce type d’oeuf. En réalité, ce fossile est le plus gros oeuf à carapace molle jamais découvert.

À lire aussi : Voici le tout premier Elaphrosaure découvert en Australie

Un oeuf à carapace molle

Il subsiste cependant encore un mystère : l’identité de son propriétaire. À ce stade, les chercheurs n’ont pas été en mesure de déterminer l’animal qui a produit cet oeuf. Lucas Legendre pense qu’il s’agit d’un reptile marin géant, ce qui expliquerait d’ailleurs la taille du fossile, mais il n’a pas été en mesure de vérifier sa théorie pour le moment.

La solution la plus évidente est bien entendu de se tourner vers d’autres fossiles similaires, mais la tâche risque d’être ardue. En réalité, le seul autre oeuf à carapace molle de cette taille a été découvert à Madagascar. Malheureusement, le fossile a depuis disparu.

Il reste donc la piste du site sur lequel a été retrouvé le fossile. D’après les premières conclusions des chercheurs, d’autres fossiles auraient été découverts dans la région, des fossiles de bébés mosasaures et de plésiosaures. Il est donc possible que cet oeuf appartienne à l’une ou l’autre de ces espèces.

A l’origine, les paléontologues ont toujours pensé que les dinosaures ne produisaient que des oeufs à carapace dure. Néanmoins, les années passant, plusieurs chercheurs ont commencé à supposer qu’il existait peut-être des espèces qui produisaient des oeufs à carapace molle. Cette découverte va donc dans leur sens et elle devrait nous aider à prendre un peu de recul sur la vie et la biologie de ces fantastiques créatures.

L’étude complète peut être consultée à cette adresse.

À lire aussi : Voici l’endroit qui était le plus dangereux à l’époque des dinosaures

L'oeuf trouvé en Antarctique

Crédits Lucas J. Legendre, David Rubilar-Rogers, Grace M. Musser, Sarah N. Davis, Rodrigo A. Otero, Alexander O. Vargas & Julia A. Clarke