Le Nancy Roman Space Telescope vient de franchir un nouveau cap

La NASA place beaucoup d’espoir dans le Nancy Grace Roman Space Telescope, qui a été renommé ainsi en hommage à une scientifique de l’agence spatiale américaine. Ce télescope, baptisé auparavant WFIRST (Wide Field Infrared Survey Telescope), est conçu pour étudier l’influence de la matière noire et de l’énergie noire sur l’expansion de notre univers.

Si tout se déroule comme prévu, le lancement du Nancy Roman Space Telescope se fera à l’horizon 2025. À l’heure actuelle, la NASA peaufine encore les détails de cette mission. Il y a quelques jours, l’agence spatiale américaine a annoncé avoir franchi une nouvelle étape cruciale dans le développement du Nancy Roman Space Telescope.

Photo de Michael Draeger. Crédits Pixabay

À travers un communiqué, la NASA a fait savoir qu’elle avait finalisé la conception du miroir principal qui équipera ce télescope.

La NASA nous présente le cœur de son télescope

Dans son annonce, la NASA a souligné l’importance du miroir principal de cet instrument. D’après l’agence spatiale, il représente le cœur du Nancy Roman Space Telescope. Ce miroir principal, d’une taille de 2,4 mètres, a été construit à partir d’un miroir offert à la NASA par le National Reconnaissance Office (NRO).

Avant d’être utilisé sur le Nancy Roman Space Telescope, ce miroir a dû être poli pour avoir un niveau d’imperfection de l’ordre de 1,2 nanomètre. Pour Scott Smith, l’administrateur du Nancy Roman Space Telescope, au Centre spatial Goddard de la NASA, la réussite de cette étape est indispensable pour la suite de leur projet.

« Atteindre cette étape est très excitant. Le succès repose sur une équipe ou chaque personne fait sa part, et c’est particulièrement vrai dans notre environnement actuel », a-t-il déclaré.

Un télescope qui nous en dira plus sur l’univers

En dehors de son miroir principal, le Nancy Roman Space Telescope sera équipé de deux instruments principaux qui l’aideront dans l’observation de l’univers, à savoir un spectographe et un coronographe. Le spectographe devra étudier l’énergie noire et « donnera au télescope la capacité de capturer une image de la profondeur et de la qualité de celle de Hubble, mais couvrant une zone 100 fois plus grande. »

Le coronographe, quant à lui, devra bloquer les lumières des étoiles lointaines pour permettre au télescope d’observer les exoplanètes. D’après le communiqué de la NASA, le polissage du miroir principal est tellement réussi qu’il « offrira des avantages scientifiques encore plus importants que prévu. »

Jeff Kruk, responsable du projet au Centre spatial Goddard de la NASA, a indiqué que ce télescope « devrait nous aider à découvrir le destin de l’Univers. »

Mots-clés NASA