Une Nintendo Switch a permis à la police américaine d’identifier deux suspects

Certains louent le Nintendo Switch Online pour avoir permis, 27 ans après sa sortie, de jouer à Super Mario Kart avec des joueurs du monde entier. La police américaine peut quant à elle remercier le constructeur pour avoir pu identifier deux suspects grâce à l’activité internet d’une Switch volée.

On ne peut définitivement pas lister tous les bienfaits d’une console de jeu, certains ne se découvrant que dans des circonstances bien précises. Dans le cas présent, l’engouement suscité par la Nintendo Switch depuis son lancement, et qui ne semble pas devoir s’arrêter, a permis une sensible avancée dans une enquête ouverte pour cambriolage et meurtre.

Une Nintendo Switch avec Fortnite

Crédits Pixabay

FOX10 News, dont la page concernée du site apparaît inaccessible aux internautes français lambdas, rappelle les faits survenus le mercredi 20 novembre dernier à l’Université de South Alabama, aux États-Unis.

Un individu était entré par effraction au domicile du professeur Matthew Wiser, avant de tuer son occupant d’au moins une balle.

L’activité internet de la Switch a permis de localiser le chauffeur du suspect

Le cambrioleur et meurtrier présumé avait quitté les lieux en emportant avec lui la Nintendo Switch de sa victime. Et il se trouve que les forces de l’ordre, après avoir été alertées du cambriolage et de la mort de la victime, se sont servies de la console dérobée pour localiser leur suspect.

C’est à partir du moment où la Switch en question a été de nouveau connectée à internet que la police a pu commencer son travail de localisation. Toutefois, dans un premier temps, la signature unique délivrée par cette activité en ligne n’a pas permis d’appréhender le suspect, mais son chauffeur lors du cambriolage. Tiquez T. a reconnu avoir tenu ce rôle.

Ce chauffeur a également avoué que le dénommé Derric S. avait non seulement volé la Switch, mais aussi tué son propriétaire. Les deux mis en cause, tous deux âgé de 20 ans, ont été arrêtés vendredi et inculpés pour meurtre.

Leurs cautions respectives ont été fixées à 150 000 dollars et c’est le mercredi 18 décembre, soit le jour où sont rédigées ces lignes, qu’ils sont appelés à répondre de leurs actes devant la justice.