Le Pakistan bloque Tinder et autres applications de rencontres, jugées “immorales”

Les applications de rencontres, comme Tinder ou Grindr, connaissent un succès monstrueux à travers le monde avec des millions d’utilisateurs. Chacun y cherche son bonheur de façon consentie et certaines histoires y sont nées. Mais dans certains pays, ces applications peuvent être bloquées, jugées par les gouvernements comme à l’encontre des mœurs locales. C’est notamment le cas au Pakistan, avec le bannissement de Tinder, Grindr, SayHi, Skout et Tagged. Comme le rapporte le Guardian, ces applications sont considérées comme “immorales“. L’Autorité pakistanaise des télécommunications demande une régulation.

Un blocage qui survient après celui de YouTube, pour des raisons similaires.

Un homme qui utilise un smartphone

Photo de Niek Verlaan. Crédits Pixabay

Le Pakistan est coutumier du blocage d’applications et services jugés immoraux.

Des nouvelles applications bannies au Pakistan

Comme l’explique The Guardian, l’Autorité pakistanaise des télécommunications a annoncé le blocage d’applications sur le territoire, toutes dédiées aux rencontres en lignes. Tinder ou encore Grindr sont accusés d’aller à l’encontre des mœurs du pays, et seraient “immoraux“, “indécents“.

Le Pakistan avait déjà bloqué, récemment, YouTube à propos des plusieurs vidéos allant à l’encontre des lois du pays. Le gouvernement avait alors demandé la suppression du contenu jugé immoral, “vulgaire“, et les images nues. TikTok, dans le viseur des USA depuis plusieurs semaines, a également été visé par le Pakistan. Là encore, le gouvernement aura demandé à l’application de modérer du contenu sur le territoire pakistanais.

Dans le passé, PUBG Mobile a également été, pour un temps, banni du territoire. Le jeu était notamment accusé de pervertir la jeunesse du pays. Une critique qui revient souvent dans les régimes autoritaires lorsqu’il s’agit de bloquer un contenu.

Fort heureusement pour Tinder, Grindr, SayHi, Skout et Tagged, il est toujours possible de lever le blocage. L’Autorité pakistanaise des télécommunications demande aux applications de modérer le contenu présent pour être en conformité avec les lois du pays.

Reste à savoir si ces applications de rencontres se plieront à la demande du gouvernement pakistanais. Nul doute que ces dernières communiqueront prochainement à ce propos. Si les applications décident de ne pas répondre à la demande de l’Autorité pakistanaise des télécommunications, il faudra tirer un trait sur les utilisateurs pakistanais.