Le PDG d’Activision peut dire merci à ses vieux amis du CA

Le président de Blizzard Activision n’est plus en odeur de sainteté. Depuis le rapport publié par le Wall Street Journal, celui-ci fait face à une fronde venant aussi bien de la part de ses employés que de ses partenaires. Rien qu’hier, la direction de PlayStation avait critiqué ouvertement la gestion de la situation par le PDG Bobby Kotick. Microsoft a eu la même démarche aujourd’hui. Malgré cette levée de boucliers, le poste du PDG n’est pas vraiment menacé pour l’instant. Le conseil d’administration d’Activision lui a renouvelé sa confiance, le mardi dernier. Une décision étonnante qui selon Bloomberg serait motivée par les liens d’amitié que le PDG aurait tissés avec les membres du conseil.

Employés de blizzard manifestant contre son PDG / Crédit – Nicole Clark/Polygon

Un groupe loyal envers son chef

Le destin de monsieur Kotick, à la tête d’Activision Blizzard, est dans les mains de dix personnes. Eux tous siègent dans le conseil d’administration de la société. Ce même conseil qui a décidé de maintenir son PDG en place. Tout le monde se demande les raisons qui expliquent cette confiance presque aveugle des membres du conseil d’administration.

À cette question, Bloomberg a trouvé un début de réponse. Pour le média, il ne s’agit pas de la première fois que le noyau dur du conseil soutient monsieur Kotick contre vents et marées. Ils ont traversé ensemble de nombreuses crises comme lors de la bataille juridique de 2010 contre les créateurs de Call of Duty.

Ce n’est pas tout. En jetant un coup d’œil au parcours des différents membres, on comprend très vite que cinq d’entre eux siègent au conseil depuis au moins 18 ans. Brian Kelly qui est le président du conseil a acheté sa première participation avec l’actuel PDG en 1990. Il est d’ailleurs un très bon ami de Bobby Kotick.

Robert Morgado, le principal administrateur indépendant de l’entreprise, siège au conseil depuis 1997. De son côté, Robert Corti détient des parts d’Activision depuis 2003. Le cinquième larron est Peter Nolan qui est également au conseil depuis 2003.

En gros, on peut dire que le conseil d’administration d’Activision Blizzard est constitué d’un groupe de cinq personnes qui se connaissent depuis pratiquement 20 ans.

Un club de garçons qui a gagné beaucoup d’argent depuis de nombreuses années

Les autres membres du conseil ont aussi des raisons valables de ne pas vouloir que Bobby Kotick quitte la direction de l’entreprise. Casey Wasserman, Barry Meyer et Dawn Ostroff sont très connus à Hollywood. Il n’est pas exclu que ces derniers aient pu se lier d’amitié avec Kotick bien avant de se retrouver au conseil avec lui. Ce dernier a longtemps vécu à Los Angeles.

En ce qui concerne Hendrik Hartong III, celui-ci a été président du marketing chez Activision de 1996 à 1998. Sur les dix membres, Bobby Kotick a probablement des liens étroits avec huit d’entre eux. Sans oublier que lui-même fait partie du conseil.

Selon les dires des anciens et nouveaux employés d’Activision Blizzard, il règne dans le rang des cadres de la société, un esprit digne d’un club de garçons. Le meilleur moyen de bénéficier d’une promotion au sein de l’entreprise est d’être ami avec les cadres supérieurs. Il n’est donc pas exclu que le même état d’esprit siège au conseil d’administration.

En dehors des liens d’amitié, l’autre raison qui explique ce soutien indéfectible du conseil d’administration est d’ordre pécuniaire. Ensemble avec Bobby Kotick, les différents membres du conseil ont engrangé des millions de dollars. En 2003, quand Corti et Nolan mettaient les pieds à Activision, une action de l’entreprise valait à peine 2 dollars. Aujourd’hui, elle est évaluée à 63 dollars. Ceci, malgré le fait que la crise que connait le studio ait entrainé une chute de près de 32 % de ladite action.